Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Crise aux soins intensifs de l'hôpital de Chicoutimi: un patient transféré

Mariane Guay
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Un patient hospitalisé au département des soins intensifs de l’hôpital de Chicoutimi a été transféré vers un centre hospitalier de la région de Québec au courant des dernières heures. Jeudi, le CIUSSS régional confirmait que l’établissement faisait face à une crise majeure de personnel infirmier.

Le CIUSSS a confirmé l’information vendredi matin. Jeudi en après-midi, l’option de transfert avait été écartée par le CIUSSS en raison des conditions médicales des malades, mais un patient des soins intensifs de l’hôpital de Chicoutimi a en effet été transféré jeudi soir.

Pour l’instant, il n’est pas possible d’obtenir plus d’informations. Jeudi, le CIUSSS lançait un appel au réseau national afin d’obtenir du renfort. La crise survient alors que plusieurs membres du personnel ont quitté pour se réorienter. Les dix lits de l’hôpital étaient tous occupés jeudi. 

Rejointe vendredi, la présidente de la Fédération interprofessionnelle en santé du Québec pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Bouchard, explique que le transfert n'est pas une décision facile. «Évidemment que cela n'est jamais souhaitable autant pour la famille. Nous ce qu'on veut, c'est donner des soins à notre population et être en nombre suffisant pour s'assurer qu'il y a des soins de qualité et sécuritaires, mais force est de constater que nous n'étions plus capable soutenir la tâche par manque de personnel», a expliqué Mme Bouchard.

Elle explique que la situation est loin d'être unique au Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Ça ne va pas mieux dans les autres régions de la province, donc on fait comme transférer notre problème vers les autres villes, mais quand on est en pénurie excessive comme on l'est présentement sur le territoire, il y a des choix à faire et cela faisait partie des bons choix selon moi.»

Julie Bouchard affirmait d'ailleurs jeudi que sept personnes avaient remis leur démission au mois de mai et quatre dans la dernière semaine seulement à l'hôpital de Chicoutimi.