Crevier pour un amphithéâtre au centre-ville

Le conseiller municipal de Saguenay, Jean-Marc Crevier, défend à son tour l’idée d’un amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi.

Les informations qui circulaient en début de journée, jeudi, laissaient pourtant entendre que M. Crevier s’opposait au projet. Il affirme cependant ne jamais s’y être opposé et croit que le conseil municipal a le temps de faire les évaluations nécessaire pour prendre la meilleure décision possible.

« C’est vrai que les conseillers de Jonquière ont fait front commun pour demander à ce que le soccerdôme soit érigé dans un endroit où il apportera une plus-value. Ça veut dire qu’il procure des avantages pour la ville et, en même temps, il permet de dynamiser une zone sur le plan économique. C’est ce que nous avons demandé », explique Jean-Marc Crevier.

« Si cette approche est applicable pour le projet du soccerdôme à Jonquière, elle est aussi valable pour le projet d’aréna à Chicoutimi. On doit regarder un projet en fonction de tout ce qu’il peut générer comme retombées, surtout si l’endroit permet de relancer un secteur. »

Le conseiller Jonquiérois est surtout satisfait de la solution qui permet de donner à nouveau l’accès au Centre Georges-Vézina pour les quatre prochaines années afin de donner le temps au conseil municipal d’évaluer toutes les options, incluant de conserver l’amphithéâtre de la rue Bégin avec un projet de centre à une seule glace sur un autre site.

« On a eu trop d’exemples à Saguenay où on a rasé des immeubles. À ce que je sache, le Centre Georges-Vézina a 68 ans. Il y a encore des maisons de 68 ans qui ont été rénovées et qui sont très belles. Il faut prendre le temps de bien vérifier les solutions. J’espère que des gens ne vont pas tenter de diviser les conseillers de Chicoutimi et Jonquière », a souligné Jean-Marc Crevier.

Josée Néron

La mairesse Josée Néron a rapidement été rassurée par le conseiller sur sa position. Au cours d’un entretien avec Le Quotidien, elle est revenue sur sa position pour l’emplacement du futur amphithéâtre. Malgré sa préférence pour un projet à deux glaces au centre-ville, elle réitère sa volonté d’explorer toutes les solutions, incluant celle de conserver le Centre Georges-Vézina et un projet à une glace au centre-ville.

« Nous avons le temps d’évaluer les différents scénarios. Nous allons avant tout prendre une décision de gestion. On peut vouloir un projet au centre-ville, mais on doit être en mesure de le placer techniquement à cet endroit. On peut conserver l’actuel Centre Georges-Vézina avec un autre projet, mais nous devons évaluer les coûts, dont les frais de gestion d’un tel immeuble pour le futur », insiste la mairesse.

Elle espère que les conseillers pourront faire valoir leurs idées et surtout les défendre avec des arguments solides. Elle ne cherche toutefois pas à obtenir une décision unanime.

Michel Potvin

Le troisième joueur ouvert à évaluer l’option du centre-ville est le numéro deux de l’administration Néron et grand argentier du conseil, Michel Potvin. Le conseiller a laissé entendre à plusieurs collègues que l’on devait tenir compte de cette option, mais évite de se positionner publiquement sur le projet. Tout comme Josée Néron, il avait défendu l’idée d’une salle de spectacle au centre-ville à l’époque.

Travaux

Les entreprises Fabmec de Chicoutimi, MYK de La Baie et Proco Métal d’Alma, qui a aussi un bureau à La Baie, ont été contactées pour les travaux d’urgence du Centre Georges-Vézina et ont effectué une visite de chantier, jeudi.