Jean-Marc Crevier

Crevier invite Laforest à «se mêler de ses affaires»

Le conseiller municipal Jean-Marc Crevier invite « poliment » la ministre Andrée Laforest à « se mêler de ses affaires » et questionne les agissements de son directeur de bureau de circonscription, Éric Gauthier. « Je ne sais pas si elle se fie sur sa popularité pour s’ingérer dans les affaires de la Ville, mais on a de la misère à la suivre. »

Selon des informations rapportées par Le Quotidien, vendredi, le cabinet de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et députée de Chicoutimi aurait tenté activement de trouver d’autres projets pour le PAFIRS (Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives) que ceux présentés par la municipalité. La ministre avait également suggéré, au cours des dernières semaines, que le projet de «soccerdôme» soit jumelé à celui d’amphithéâtre pour n’en faire qu’un seul, à un endroit différent, soit dans le secteur du Costco.

« Voulait-elle le rapprocher de son entreprise ? », questionne M. Crevier, faisant allusion à Eugène Allard. Il rappelle que les conseillers avaient décidé unanimement de faire ce projet à Jonquière et lui demande de respecter le choix des membres du conseil. Jean-Marc Crevier croit que le conseiller de Mme Laforest, Éric Gauthier, « s’ingère beaucoup, beaucoup, beaucoup dans tout ce qui se passe à la Ville. Est-ce que c’est pour mettre des bâtons dans les roues de la mairesse et l’administration actuelle ? »

Dans Le Quotidien de vendredi, le cabinet de Mme Laforest niait avoir approché l’UQAC pour le dépôt d’un projet, ce dont doute M. Crevier. « Quand on parle avec les gens du cégep, de l’université, de la Ville, on se rend compte qu’il (Éric Gauthier) en mène très large au bureau de Mme Laforest. Est-ce qu’elle est capable de le contrôler ? Qu’il nous laisse gérer les décisions de la Ville et ce sera à la population de faire une évaluation de l’administration qui est en poste. Nous n’avons pas besoin d’avoir la ministre et son conseiller qui passent leur temps à avoir des jugements sur les décisions qui sont prises. »

Le conseiller municipal rappelle qu’Éric Gauthier était « très, très près » de Ghislain Harvey, l’ancien directeur de cabinet de Jean Tremblay. Il se demande s’il essaie encore de jouer ce même rôle. « Nous, avec le comportement de la ministre, on a l’impression que c’est ce qui se passe et on trouve ça assez plate. »

Jean-Marc Crevier ne sait pas si Mme Laforest « est au courant de ce qui se passe avec son conseiller », mais il espère qu’« elle pourra lui parler et lui demander de se calmer ».

En marge de la conférence de presse de l’Atelier de musique de Jonquière, vendredi matin, la mairesse Josée Néron n’a pas caché que le problème est bel et bien Éric Gauthier. Ce dernier est aussi l’ancien directeur du développement industriel chez Promotion Saguenay et ex-président du conseil d’administration de la Société de gestion de la Zone portuaire de Chicoutimi. En 2015, il avait été nommé directeur de l’Office municipal d’habitation alors que l’ex-maire Jean Tremblay était toujours en poste. Ce dernier avait d’ailleurs fait du porte-à-porte pour la Coalition avenir Québec lors de la campagne électorale.

Après la publication de l’article citant la sortie de M. Crevier, sur le site Internet et l’application du Quotidien, le conseiller municipal Marc Pettersen a fait part de son désaccord et s’est dissocié des propos de son collègue du conseil. « Je m’excuse M. Crevier, mais je suis en total désaccord avec votre salve contre notre députée et ministre. On n’a pas besoin de ça, mais pas pantoute. On a une excellente députée et ministre à Chicoutimi et elle défend et la région et son comté », a-t-il écrit.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, demande quant à elle à la ministre Andrée Laforest de se rallier à la volonté du conseil municipal dans le dossier du centre multifonctionnel sur la zone ferroviaire de Chicoutimi, projet qui a été déposé au PAFIRS jeudi soir. Selon Mme Néron, la ministre devrait mettre les efforts nécessaires pour faire avancer le dossier. Elle mentionne également que la décision du Cégep de Chicoutimi de ne pas aller de l’avant maintenant avec le projet de piscine s’explique par le fait que le dossier « doit être encore travaillé et peaufiné ».

« Maintenant, le seul projet crédible est celui du centre multifonctionnel de la zone ferroviaire, présenté par la Ville de Saguenay. Les élus autour de la table du conseil ont voté avec une forte majorité (13-1) pour que le projet soit soumis au PAFIRS. C’est un message clair au gouvernement de notre volonté de réaliser ce projet. Mme Andrée Laforest possède toutes les cartes dans ses mains pour pousser le dossier. Saguenay entend travailler de concert avec Mme Laforest, les députés régionaux et les partenaires », souligne Mme Néron dans un communiqué.

Elle rappelle que le projet a reçu l’aval du gouvernement fédéral dans une communication écrite du sous-ministre adjoint au ministère de l’Infrastructure, puisqu’au moins 75 % du temps devrait être utilisé pour des besoins autres que ceux de la LHJMQ et des Saguenéens de Chicoutimi.