La Bulgarie souhaite accélérer de plusieurs mois son processus d’adhésion à la zone euro pour obtenir des prêts accordés seulement aux pays membres et destinés à surmonter la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus.
La Bulgarie souhaite accélérer de plusieurs mois son processus d’adhésion à la zone euro pour obtenir des prêts accordés seulement aux pays membres et destinés à surmonter la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus.

Virus: la Bulgarie veut rejoindre au plus vite la zone euro pour bénéficier de prêts

SOFIA — La Bulgarie souhaite accélérer de plusieurs mois son processus d’adhésion à la zone euro pour obtenir des prêts accordés seulement aux pays membres et destinés à surmonter la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus.

«Ceux qui sont dans la zone euro auront des milliards à leur disposition», a souligné samedi le premier ministre Boïko Borissov lors d’une conférence de presse à Sofia. Il souhaite que Sofia dépose sa candidature dès la fin du mois d’avril et non en juillet comme prévu.

Adhérer au mécanisme ERM II, sans d’intégration à la zone euro, est «la seule marche à suivre pour que notre pays sorte de la crise», a souligné M. Borissov. «Nous continuons à suivre le plan adopté et nous avons reçu des assurances de nos partenaires», a déclaré samedi le ministre des Finances Vladislav Goranov.

ERM II est un système de parité fixe dans lequel un État doit rester au moins deux ans avant d’adopter la monnaie unique. L’intégration à ce mécanisme ouvre la voie selon M. Borissov aux prêts européens.

Les pays de la zone euro vont être prochainement éligibles à 240 milliards d’euros de prêts du Mécanisme européen de stabilité (MES), visant à les aider à face à la récession consécutive à la pandémie de nouveau coronavirus.

Le MES a été créé en 2012 lors de la crise de la dette de la zone euro. Il sert à aider les États rencontrant des difficultés de financement sur les marchés.

Pays le plus pauvre de l’Union européenne (UE), la Bulgarie respecte depuis 1997 un mécanisme d’austérité au sein duquel sa devise, le lev, est rattachée à l’euro à un cours fixe. Ses indices macroéconomiques sont stables.

En 2019, la Banque centrale européenne (BCE) avait recommandé une augmentation du capital de deux banques bulgares, afin d’assurer leur viabilité en cas de crise financière. Le premier de ces établissements a rempli ses objectifs. Le second doit le faire «dans les prochaines semaines», a précisé M. Goranov.

«La BCE donnera probablement un avis positif pour une coopération étroite (de la Bulgarie) à l’Union bancaire européenne, ce qui est une condition d’adhésion à ERM II, a-t-il indiqué. «Les institutions européennes apprécient notre discipline financière», a assuré M. Borissov.

La Bulgarie doit adhérer à l’Union bancaire en même temps qu’au mécanisme ERM II. Créée en 2012, l’Union bancaire surveille les principaux établissements bancaires de la zone euro et doit résoudre les défaillances des banques en difficulté.