Vertdure veut faciliter à toutes les PME le processus de don de ces masques.
Vertdure veut faciliter à toutes les PME le processus de don de ces masques.

Vertdure se lance dans la collecte des précieux masques N95

Alors que le besoin de masques N95 est criant en cette période de pandémie de la COVID-19, ce qui force les instances gouvernementales à faire des pieds et des mains pour en commander en Chine et demander aux entreprises canadiennes d’en produire à grande vitesse, Philippe Tremblay, président de Vertdure, pense avoir trouvé un filon afin de doter le système de santé québécois de ces équipements.

«Il y a des milliers de masques dans les PME du Québec», indique Philippe Tremblay. «Dans les compagnies de construction, chez les concessionnaires automobiles, les entreprises de mécanique auto et de véhicules lourds, les entreprises de plomberie et de maçonnerie, les centres de locations d’outils, etc.. Partout au Québec, ces PME ont des masques en inventaire.

«Ce que l’on veut, c’est faciliter à toutes les PME le processus de don de ces masques. Prendraient-elles l’initiative de contacter le ministère de la Santé pour lui en donner 12-15 ou 20? C’est un processus qui peut être assez lourd. On s’est dit que l’on allait faciliter la démarche en mettant en place 24 points de dépôt partout au Québec et en rendant disponibles 300 de nos camions pour aller récupérer les masques dans les entreprises. On va aussi s’assurer que ces masques seront remis aux bonnes personnes pour les distribuer dans le réseau de la santé.»

Suivre le mouvement

L’initiative du Vertdure a été inspirée par la décision de Drolet ressorts, la semaine dernière, de donner ses 19 masques N95 à une clinique médicale de la région de Québec. L’entreprise avait alors lancé un appel aux autres entreprises de la région ayant des masques N95 sur leurs tablettes à les donner au système de santé. 

«J’ai trouvé l’idée très bonne», confie le président de Vertdure. «Et nous avons décidé de suivre le mouvement. J’ai moi-même rassemblé 75 masques que l’on avait dans nos bureaux et j’ai été les porter dans une clinique médicale de Place de la Cité, à Québec. C’est là que j’ai pris pleinement conscience du besoin pressant que l’on avait dans notre réseau. Trois médecins qui m’ont appelé pour me dire : “Wow, vous êtes comme un sauveur! C’est comme gagner à la loto! On avait besoin d’une centaine de masques et vous arrivez avec 75. Ça fait toute la différence. On vous remercie”».

«Après ces appels, je me suis dit : je ne peux pas laisser ça aller comme ça. J’ai 24 bureaux, et un réseau que je peux mettre à profit. Mettons en place notre structure pour le réseau de la santé et faisons notre part à la hauteur que nous pouvons la faire».»


« Ce que l’on veut, c’est faciliter à toutes les PME le processus de don de ces masques. Prendraient-elles l’initiative de contacter le ministère de la Santé pour lui en donner 12-15 ou 20? C’est un processus qui peut être assez lourd »
Philippe Tremblay, président de Vertdure

Combien de masques N95 Vertdure espère-t-il amasser au sein des PME québécoises? Tremblay dit qu’il ne s’est pas fixé d’objectifs parce qu’il a de la difficulté à évaluer le nombre de masques qui sont sur les tablettes. Mais compte tenu le large éventail des entreprises utilisant les masques N95, il est d’avis que la récolte pourrait être très bonne.

«Tant que je n’aurai pas plusieurs concessionnaires automobiles, plusieurs dizaines d’ateliers mécaniques, plusieurs dizaines d’ateliers de peinture, etc. qui auront pris contact avec moi, je ne serai pas content parce que je sais que ce sont des domaines où les entreprises ont des masques. Je n’ai pas d’estimation précise du nombre de masques disponibles. Mais il y a des domaines où les PME doivent se mobiliser pour nous aider à récupérer le plus de masques possible. 

«La meilleure façon pour nous rejoindre est via notre adresse courriel qui est le donnezvosmasques@vertdure.com. Nous répondrons aux personnes nous ayant contactés dans les minutes suivant la réception de leur courriel et nous prendrons les arrangements pour aller chercher les masques ou pour organiser une rencontre à un point de dépôt. Nous ne voulons cependant pas convier tout le monde à nos points de dépôt parce que nous voulons limiter les contacts et éviter que masques ne se contaminent.»

Les masques N95 sont présentement une denrée rare dans le milieu de la santé.

Pour combien de masques Vertdure acceptera-t-elle de se déplacer? «Chaque masque est important. On pense vraiment que cette opération pourra sauver des vies. Un masque peut empêcher une personne du réseau de la santé d’être infectée par le virus. On va donc se déplacer même pour un seul masque.»

Même si le projet du groupe Vertdure vient à peine d’être lancé, déjà il a reçu de nombreuses demandes de la part de pharmacie, de cliniques médicales, etc. intéressées à acquérir les masques N95 récupérer. Philippe Tremblay indique cependant que ce n’est pas son entreprise qui va gérer la distribution des masques et déterminer qui en a besoin et qui n’en a pas besoin.

«Nous remettrons les masques au CIUSS eu au ministère de la Santé qui s’occuperont de les distribuer de la manière qu’ils croient être la plus pertinente de le faire. Notre mission est de mobiliser les entreprises et leurs dirigeants, de récupérer les masques, de les centraliser avant de les remettre aux gens Réseau de la santé. Ce sera à eux de les distribuer là où les besoins sont les plus importants.»