Deux résidents et une infirmière enceinte ont été testées positives et au moins une autre personne est en attente de résultats au CHSLD de la Colline, à Chicoutimi-Nord.
Deux résidents et une infirmière enceinte ont été testées positives et au moins une autre personne est en attente de résultats au CHSLD de la Colline, à Chicoutimi-Nord.

Une infirmière enceinte et deux résidents infectés dans un CHSLD de Chicoutimi-Nord

Le CHSLD de la Colline, situé dans le secteur nord de Chicoutimi, devient le premier établissement du genre du Saguenay-Lac-Saint-Jean à être frappé par l’épidémie de COVID-19. Deux résidents en plus d’une infirmière enceinte ont été testés positifs, alors qu’une autre résidente est en attente de résultats.

Cette première contamination dans un milieu où habitent des personnes vulnérables survient alors que le nombre de cas de personnes contaminées au coronavirus a fait un bond important pour passer de 32 à 44 au Saguenay-Lac-Saint-Jean, selon les résultats de la dernière mise à jour officielle par le gouvernement du Québec. 

En ce qui concerne le CHSLD de la Colline, les deux personnes atteintes par la maladie sont deux résidents. Pour ce qui est de l’infirmière, il s’agit du premier membre du personnel soignant de la région a avoir été contaminé dans le cadre de ses fonctions. 

Il y a au moins une troisième personne en attente d’un résultat qui est une résidente âgée ayant des symptômes associés à la maladie.

« Ma mère, qui se rend chaque jour au CHSLD pour voir sa mère, est vraiment bouleversée. Elle a reçu un téléphone du personnel. Ils ont indiqué qu’il y avait deux cas sur l’étage et que ma grand-mère avait été testée. Nous n’avons pas encore reçu le résultat qui doit arriver aujourd’hui », a expliqué au Progrès une membre de la famille, consciente de l’importance de cette information.

Le personnel mis en quarantaine

Le personnel soignant du CHSLD, qui a été en contact étroit avec les personnes testées positives, a été mis en quarantaine. La famille reçoit des nouvelles de l’évolution de la situation sur une base quotidienne. « Au moins de ce côté, nous sommes très bien informés de ce qui se passe. On est certains qu’elle reçoit de très bons soins. Nous ne sommes pas inquiets de ce côté », a raconté la petite-fille de la dame en attente d’un résultat.

Le docteur Donald Aubin, directeur de la Santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, a confirmé l’éclosion dans un CHSLD de Saguenay ainsi que les deux tests positifs pour des résidents. Le test pour l’infirmière enceinte n’était pas encore sorti au moment du point de presse quotidien, tenu vendredi après-midi. Comme c’est le cas depuis le début, le nom du CHSLD n’a pas été dévoilé puisqu’il s’agit du milieu de vie des personnes testées.

Le personnel n’a pas été en mesure d’expliquer avec certitude comment des résidents du CHSLD et leur collègue infirmière ont été infectés au coronavirus. La décision d’interdire les visites remonte au 14 mars. Par contre, selon le récit de notre informatrice, des personnes ont été autorisées à pénétrer dans l’établissement pour les derniers moments d’un proche dans un contexte de situation humanitaire, ce qui est autorisé par le gouvernement.

Communauté religieuse confinée

Le CIUSSS était également en attente, vendredi, d’informations sur l’évolution d’une situation potentielle de contamination au coronavirus dans une communauté religieuse de Chicoutimi. L’établissement, qui n’a pas été identifié, a procédé au confinement des religieuses en attendant les résultats des tests. C’est une employée de la communauté qui a été testée positive et le docteur Donald Aubin a indiqué que la Santé publique était toujours en attente des résultats des tests réalisés auprès des résidentes de la congrégation.

Depuis le début de la pandémie, le ministère de la Santé et des Services sociaux fait des pieds et des mains pour tenter d’empêcher le virus d’entrer dans les résidences pour personnes âgées privées ainsi que dans les CHSLD. La décision du ministère d’interdire les visites régulières par les parents n’est pas suffisante, selon des commentaires formulés au Quotidien par du personnel oeuvrant dans les CHSLD de Chicoutimi, après la publication de ce premier cas de contamination dans un CHSLD.

Nouvelles admissions

« Le CIUSSS a décidé qu’il poursuivait les admissions dans les CHSLD. On continue de nous envoyer des patients en provenance des hôpitaux. Ils ont décidé de ne pas tester les nouveaux résidents accueillis dans nos centres. À titre d’exemple, on a admis un nouveau résident il y a deux jours au CHSLD Jacques-Cartier. Il n’a pas été isolé et peut aller partout. On pourrait au moins faire un test avant d’autoriser l’admission », a expliqué une infirmière auxiliaire.

Le Quotidien a obtenu un certain nombre d’informations pertinentes sur des éléments précis qui auraient favorisé l’introduction du coronavirus au CHSLD de la Colline qui poursuit également les admissions malgré la pandémie. La publication de ces informations permettrait toutefois d’identifier des personnes, selon notre source, et l’objectif n’est pas selon elle de les identifier publiquement, mais bien de sensibiliser le ministère au risque de poursuivre les admissions.