Les drapeaux sont en berne devant le foyer de soins de longue durée Peter D. Clark à la suite du décès d'un employé.
Les drapeaux sont en berne devant le foyer de soins de longue durée Peter D. Clark à la suite du décès d'un employé.

Un employé du foyer Peter D. Clark est décédé de la COVID-19

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Le maire d’Ottawa, Jim Watson, annonce qu’un employé de la municipalité est décédé dans la nuit de mardi à mercredi après avoir contracté la COVID-19.

«C’est avec tristesse que nous avons appris aujourd’hui la mort d’un employé du foyer de soins de longue durée Peter D. Clark, a indiqué M. Watson en début de point de presse, mercredi après-midi. Pour honorer la mémoire de cet individu, j’ai demandé à ce que les drapeaux soient mis en berne au foyer Peter D. Clark à partir d’aujourd’hui, jusqu’au coucher du soleil, le jour de ses funérailles.»

Dans sa mise à jour épidémiologique, Santé publique Ottawa (SPO) dit avoir répertorié huit décès de plus causés par le nouveau coronavirus depuis mardi, dont deux de plus parmi les résidents du Centre de santé Perley et Rideau pour les anciens combattants. Le virus a maintenant fait 210 victimes dans la capitale fédérale.

SPO rapporte également 25 nouveaux cas confirmés de la COVID-19, ce qui porte le total à 1849 à travers Ottawa.

Réouverture d’infrastructures sportives

Conformément avec le déclenchement de la première étape du déconfinement en Ontario, la Ville d’Ottawa rouvre ses infrastructures sportives extérieures et ses parcs à chiens.

Le directeur des services de protection et d’urgence de la municipalité, Anthony Di Monte, rappelle toutefois que les rassemblements de plus de cinq personnes demeurent interdits par la loi provinciale.

La médecin-chef de SPO, Vera Etches, insiste quant à elle sur la nécessité de continuer à pratiquer la distanciation physique, malgré l’assouplissement des règles à travers l’Ontario.

«Les modèles nous démontrent que si nous allons trop rapidement dans la relaxation des consignes pour encadrer nos interactions avec les autres, si la pratique de la distanciation physique diminue d’environ 20%, nous risquons une résurgence des infections», soutient la Dre Etches.

«Nous suivons certaines données de Apple Mobility et ça démontre que les gens ont réduit drastiquement l’utilisation de leur véhicule dans les premiers jours de cette pandémie, ajoute la médecin-chef de SPO. Ces données nous démontrent que ça remonte tranquillement et nous commençons à retourner vers notre niveau d’activité habituel.»

Si les activités en groupe réduit peuvent reprendre dans plusieurs espaces publics, le maire Watson a annoncé mercredi que les événements à grand déploiement ne seront pas de retour avant un bon moment à Ottawa.

L’arrêt des émissions de permis pour les événements rassemblant 500 personnes ou plus est prolongé jusqu’à la fin août, ce qui confirme qu’il n’y aura pas de festival ou de spectacle de grande envergure dans la capitale fédérale cet été.

Poursuivre les efforts

Le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), Dr Paul Roumeliotis,  mentionnait en conférence de presse mardi être inquiet quant au respect continu des gens envers les mesures de distanciation sociale sur son territoire. Les maires de l’Est ontarien invitent leurs citoyens à continuer leurs efforts afin de ne pas faire sombrer le bilan du nombre de cas positifs et de décès liés à la COVID-19 dans la région.

«Tous les jours, on allume la télé et on entend parler de la COVID-19. C’est sûr que deux trois mois plus tard, ça fait moins peur et les gens oublient. C’est quelque chose de naturel à l’humain. On devient trop sûrs de nous et on prend plus de chances. C’est dommage, il faut quand même redouter ce virus-là», rappelle le maire d’Alfred et Plantagenet, Stéphane Sarrazin. «C’est très inquiétant, mais on ne peut pas blâmer les gens. C’est dur le confinement», lance-t-il. 

Dr Roumeliotis, se disait également inquiet du fait que les commerces de l’Est ontarien mettent en place des mesures sanitaires efficaces, mais que certains clients ne les respectent parfois pas dans leur intégralité. 

Le maire de Russell, Pierre Leroux, se veut cependant rassurant et dit croire pertinemment qu’il ne s’agit que d’une mince portion de la population. 

Le maire de Russell, Pierre Leroux

«La majorité des citoyens suivent les consignes. J’espère toujours que les gens tiennent à cœur leur importance, sinon on pourrait se trouver dans une situation plus pénible que celle dans laquelle on est présentement. Un peu de patience et de persistance à court terme et on va réussir à protéger ceux qu’on aime.» 

«On s’est rendus jusque-là. Ce serait dommage de lâcher. J’aimerais voir les chiffres descendre encore», espère également le maire de Hawkesbury Est, Robert Kirby. 

Un bilan stable

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario n’a rapporté aucun nouveau cas ni nouveau décès lié à la COVID-19 sur son territoire mercredi. Le bilan demeure donc toujours de 141 cas positifs et de 10 décès. De ce nombre, seulement 61 cas sont toujours considérés comme actifs. 

Le Dr Roumeliotis a également confirmé que le nombre de tests effectués indiqué dans sa mise à jour quotidienne inclut désormais les tests ayant été réalisés dans les maisons de soins de longue durée au cours des dernières semaines. À ce total s’ajoutent donc ceux complétés dans les six centres de dépistage du BSEO, portant le bilan à 7027 tests. 

Il souligne par ailleurs qu’une stratégie de dépistage aléatoire devra être mise en place prochainement, possiblement par prise de sang, afin d’accroître le nombre de personnes qui pourront se faire tester, avec des symptômes ou sans. «On est en train de regarder ça», assure le médecin. 

Avec Ani-Rose Deschatelets, correspondante régionale