Le Centre de soins de longue durée Montfort — établissement privé qui appartient à l’entreprise Revera Living — a été particulièrement touché par la COVID-19 alors que 11 de ses résidents sont morts.
Le Centre de soins de longue durée Montfort — établissement privé qui appartient à l’entreprise Revera Living — a été particulièrement touché par la COVID-19 alors que 11 de ses résidents sont morts.

Situation inquiétante dans les centres pour aînés d'Ottawa

Alors qu’il est de plus en plus question du succès et de la fin prochaine des mesures d’isolement à Ottawa, la transmission de la COVID-19 inquiète plus que jamais dans les institutions qui prennent soin des aînés de la capitale fédérale.

Trois nouveaux décès dus à la COVID-19 sont survenus depuis mercredi, ce qui porte le total à 35 décès dans la capitale fédérale, annonce Santé publique Ottawa (SPO).

Des 35 personnes mortes du nouveau coronavirus dans la capitale fédérale, 26 étaient des résidents ou des patients d’un hôpital, d’un foyer de soins de longue durée ou d’une maison de retraite où il y a eu éclosion de la COVID-19, selon les données compilées mercredi après-midi par SPO.

Le Centre de soins de longue durée Montfort — établissement privé qui appartient à l’entreprise Revera Living — a été particulièrement touché alors que 11 de ses résidents sont morts.

«Ces résidents sont décédés entre le 13 et le 21 avril et il a été confirmé qu’ils avaient la COVID-19», affirme la médecin-chef de Revera, Rhonda Collins, dans une déclaration écrite.

«Nous continuons de suivre de près l’état de santé de nos résidents pour voir s’ils développent des symptômes. Ça inclut une vérification de leur température deux fois par jour, poursuite la Dre Collins. Nous savons qu’il s’agit d’une période stressante pour nos résidents, les membres de leur famille et le personnel à Montfort. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour contenir cette éclosion en travaillant étroitement avec les experts de SPO pour implanter leurs protocoles et les meilleures pratiques de prévention des infections.»


« La population [dans les centres pour aînés] y est plus vulnérable, plus âgée. »
Dre Vera Etches

Ensemble de facteurs

La médecin-chef de SPO, Vera Etches, soutient qu’un ensemble de facteurs pourrait expliquer le grand nombre de décès au Centre de soins de longue durée Montfort, près du tiers des morts dans l’ensemble de la ville étaient des résidents de cet établissement.

«La population y est plus vulnérable, plus âgée. Il y a aussi plusieurs personnes atteintes de démence et avec cette maladie, ça peut être difficile de contrôler les déplacements des gens dans l’institution, donc de contrôler la transmission du virus», explique la Dre Etches.

Cette dernière assure toutefois que les établissements qui composent avec une éclosion de la COVID-19 collaborent bien avec SPO pour limiter la transmission du nouveau coronavirus.

«Nous sommes en train d’aider le centre Montfort avec leur réponse. Quand nous voyons qu’il y a une éclosion, c’est très important de réagir de manière coordonnée», ajoute le chef des interventions d’urgence en santé de la région de Champlain, Andrew Willmore.

34 nouveaux cas

Ottawa s’approche de la barre des 1000 cas confirmés de la COVID-19, alors qu’on en dénombre 34 nouveaux depuis mercredi pour un total de 977.

Selon les données disponibles mercredi soir, il y avait 234 cas répertoriés chez les patients et résidents des établissements où il y a eu éclosion du nouveau coronavirus, ainsi que 70 dans le personnel de ces institutions.

La médecin-chef de SPO, Dre Vera Etches

+

UN DEUXIÈME EMPLOYÉ INFECTÉ AU FOYER GARRY J. ARMSTRONG

Un deuxième employé du foyer de soins de longue durée Garry J. Armstrong a reçu un diagnostic positif de COVID-19, a indiqué jeudi la Ville d’Ottawa.

La personne est présentement en isolement à la maison. L’employé a travaillé pour la dernière fois le 20 avril. 

Plus tôt cette semaine, un premier employé avait testé positif à la maladie respiratoire.

Les deux cas semblent n’avoir aucun lien car les employés n’ont eu aucun contact au travail, a indiqué dans une note de service Donna Gray, directrice générale des Services sociaux et communautaires à la Ville d’Ottawa.

La Ville travaille avec Santé publique Ottawa afin de déterminer les prochaines étapes en vue de procéder au dépistage des résidents ou du personnel du foyer. L’agence de santé assure le suivi auprès des familles et des amis qui ont pu être en contact étroit avec la personne.

Le personnel porte des masques et de l’équipement de protection individuelle approprié lorsqu’il fournit des soins directs. Il s’agit d’une des nombreuses mesures mises en place afin de réduire les risques de contamination au foyer.

+

FERMETURE D'UN SERVICE DE GARDE

Le centre de garde d’enfants d’urgence Esther By à Ottawa a été temporairement fermé jeudi après qu’un employé eut connu des malaises mercredi et est allé subir un test de dépistage pour la COVID-19 à la suggestion de Santé publique Ottawa. 

Le résultat du test devrait être connu au cours des prochaines heures.

«Le plus haut niveau de sécurité des éducateurs, enfants et familles en services de garde d’urgence demeure notre priorité», a indiqué Donna Gray, directrice générale des Services sociaux et communautaires à la Ville d’Ottawa, tout en précisant que le centre sera fermé jusqu’à ce que le résultat du test soit connu.

La fermeture affecte quatre familles.

+

UNE PREMIÈRE MAISON DE SOINS TOUCHÉE DANS L'EST ONTARIEN

Un travailleur de la santé de la maison de soins de longue durée Pinecrest, à Plantagenet, a testé positif à la COVID-19, a indiqué jeudi le Bureau de santé de l’Ontario. 

Il s’agit du premier cas dans une maison de soins ou une résidence pour aînés de l’Est ontarien, spécifie le BSEO. Le bilan total de cas positifs dans la région a grimpé de quatre nouveaux cas au cours des 24 dernières heures. 

Le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis confirme que le protocole établi en cas d’éclosion dans un établissement du genre a aussitôt été mis en branle. Il indique que l’employé aurait possiblement été infecté par transmission communautaire, mais qu’il n’a pas été en contact avec son milieu de travail depuis son test de dépistage. Il souligne également que le travailleur ne travaillait pas dans un autre centre de soins ailleurs sur le territoire. 


« On commence à voir la lumière au bout du tunnel »
Dr Paul Roumeliotis

Le Dr Roumeliotis, a indiqué que les 59 résidents de la maison Pinecrest ont été testés de façon préventive, même s’ils ne présentaient pas de symptômes. 58 des 61 employés ont jusqu’à présent également passé un examen de dépistage.

Le BSEO mentionne travailler étroitement avec les hôpitaux de l’Est ontarien afin de prévoir des effectifs et des infirmières de substitution en cas d’isolement nécessaire d’autres employés de la maison de soins pour éviter une pénurie locale de main-d’oeuvre. 

Vers un aplanissement? 

Malgré l’éclosion, le BSEO croit toujours se rapprocher de l’aplanissement de la courbe sur son territoire. « On commence à voir la lumière au bout du tunnel», dit le Dr Roumeliotis. « Chaque jour qui passe où les mesures sont appliquées nous rapproche du moment où les restrictions pourront être relâchées. »

En dépit des nouveaux cas, le BSEO indique tout de même que trois personnes ont quitté les soins intensifs depuis le dernier bilan et que quatre cas supplémentaires sont considérés comme résolus, portant ce total à 36 personnes.