Mardi, le ministre de la Santé Christian Dubé a présenté un plan d’action contre une éventuelle seconde vague de COVID-19.
Mardi, le ministre de la Santé Christian Dubé a présenté un plan d’action contre une éventuelle seconde vague de COVID-19.

Québec dépose son plan pour affronter une seconde vague de COVID-19 [VIDÉO]

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
«On va faire tout en notre possible pour être capable de répondre (à la deuxième vague), parce que maintenant, on a les moyens de réussir à passer à travers la deuxième vague.»

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a ainsi voulu assurer les Québécois mardi que le gouvernement allait être prêt pour l’éventuelle deuxième vague de la pandémie de COVID-19. Il a entre autres annoncé une enveloppe supplémentaire de 106 millions $ pour embaucher 1000 travailleurs de plus à la Direction de la santé publique (DSP).

En conférence de presse mardi, il a présenté le plan gouvernemental qui interdit notamment la mobilité du personnel entre les établissements de soins - un des facteurs aggravants qui a contribué au bilan désastreux du Québec dans la lutte au coronavirus.

Sans garantir expressément aux citoyens que le bilan sera moins pire au terme d’une deuxième vague, M. Dubé a assuré que «le gouvernement a appris et est capable d’agir rapidement», car contre ce virus, «la meilleure arme est l’agilité et la rapidité».

À preuve, dit-il, les dernières éclosions communautaires ou dans les établissements ont pu permettre de tester le nouveau plan.

«J’ai comme l’impression que ça va aller beaucoup mieux», a dit la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, au côté de M. Dubé.

Le système de santé québécois poursuit sa préparation en vue d’une éventuelle deuxième vague de la pandémie de COVID-19 et propose un plan qui prévoit notamment de mettre fin au mouvement de personnel dans le réseau.

De manière générale, le plan consiste à mieux protéger les personnes vulnérables, dont les résidents de CHSLD, à mettre fin au mouvement de personnel dans le réseau, à améliorer la gouvernance en rendant les directions d’établissements responsables et à améliorer la communication à l’intérieur du réseau.

Gestion des stocks

Une attention particulière est également portée à la gestion des stocks d’équipement de protection et au processus d’approvisionnement.

Par ailleurs, le gouvernement a annoncé une aide d’urgence de 106 millions $ versée à la santé publique afin de soutenir les directions régionales. Ces fonds devraient servir à l’embauche de quelque 1000 personnes à temps plein dont le travail sera de réagir aux éclosions et de procéder aux enquêtes de contacts de personnes infectées.

Le ministre Lionel Carmant a d’ailleurs tenu à souligner que dans l’éventualité d’une deuxième vague, les services sociaux aux personnes en difficulté, en situation d’itinérance ou vivant avec un handicap seraient maintenus.

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a salué le plan du ministre, mais elle l’a également appelé à en faire davantage.

«Il faut aussi implanter des ratios sécuritaires qui avec les infirmières, les infirmières auxiliaires et les inhalothérapeutes permettront de contrôler la qualité des soins et la propagation des infections», a mentionné la présidente Nancy Bédard.