«On pourrait voir un taux de chômage de plus de 20 %» pour le mois d’avril, prévoit le ministre des Finances du Québec Eric Girard.
«On pourrait voir un taux de chômage de plus de 20 %» pour le mois d’avril, prévoit le ministre des Finances du Québec Eric Girard.

«Plus de 20%» de chômage au Québec, s’attend Girard

«On pourrait voir un taux de chômage de plus de 20 %» pour le mois d’avril, prévoit le ministre des Finances du Québec. Jusqu’à un million de chômeurs dans la province. Du jamais vu.

Avec la fermeture temporaire de nombreuses entreprises forcée par la pandémie de COVID-19, depuis six semaines, tout le monde s’attend à des statistiques de l’emploi catastrophiques, dévoilées ce vendredi.

Dans une entrevue au Soleil, jeudi, Eric Girard a révélé s’attendre «à un taux de chômage qui va avoisiner 20 % au Canada, avec quatre à cinq millions de chômeurs. Au Québec, c’est peut-être jusqu’à un million de chômeurs», a expliqué le ministre des Finances du Québec.

M. Girard avance toutefois ce chiffre avec prudence. «Il y a énormément d’incertitude autour de ce chiffre-là, prévient-il. Ce n’est pas clair comment Statistique Canada va traiter un professeur qui ne travaille pas, mais qui est payé, ou un employé d’Air Canada qui ne travaille pas, mais qui est payé par Air Canada grâce à la subvention salariale d’urgence» fournie par le gouvernement fédéral, se questionne M. Girard.


« Il y a donc beaucoup d’incertitude méthodologique autour du calcul du chiffre. Mais on pourrait voir un taux de chômage de plus de 20 %. Et comme le Québec représente 22 % de la population du Canada, ce sera dans le même ordre de grandeur »
Eric Girard, ministre des Finances

Le ministre fait écho aux propos tenus par son patron, François Legault, lundi. Lors de son point de presse quotidien, le premier ministre avait admis que «la situation économique est très difficile». «Ce n’est pas beau, ce n’est pas beau», a-t-il répété, sans dévoiler de chiffres.

Bien pire qu’en 1982

Juste avec la première semaine de confinement, fin mars, le taux de chômage mensuel au Québec avait presque doublé. Passant d’un plancher historique de 4,5 % en février à 8,1 % pour mars, cette hausse de 3,6 points de pourcentage s’avérant la plus forte à travers le Canada. La moyenne canadienne était alors de 7,8 %.

Mais à 20 %, on joue dans une autre ligue. De loin un record depuis le début de la compilation officielle de ces statistiques, en 1976.

On peut même remonter jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en 1946, sans trouver pire, selon de récentes recherches réalisées auprès de Statistique Canada par un collègue de La Presse. Et avant, la population inférieure à 3,5 millions de personnes n’aurait pas pu produire un million de chômeurs.

Le plus haut taux de chômage au Québec en 74 ans remontait à octobre 1982, avec 15,8 %. Au creux de la récession du début des années 1980. Et la dernière fois où le taux de chômage au Québec a surpassé 10 %, c’était en décembre 1998, à 10,3 %.

À la différence que ces périodes de morosité économique ont duré. Octobre 1982 était le quatrième de six mois consécutifs au-dessus de la barre des 15 % de chômage au Québec, le taux surpassant 14 % de juin 1982 à août 1983, soit 15 mois de suite.

À l’aube d’un déconfinement progressif au Québec, reste à voir si une deuxième vague de contagion pourrait frapper dans les prochains mois et à quel moment un médicament et un vaccin deviendront disponibles.

Statistique Canada dévoile les chiffres de l’emploi pour le Canada et les provinces chaque premier vendredi d’une semaine complète dans le mois.