des centaines de millions de chrétiens ont entamé des célébrations inédites, sans fidèles, en particulier sur l'immense place Saint-Pierre du Vatican, d'ordinaire noire de monde.
des centaines de millions de chrétiens ont entamé des célébrations inédites, sans fidèles, en particulier sur l'immense place Saint-Pierre du Vatican, d'ordinaire noire de monde.

Pape François: «l'obscurité et la mort n'ont pas le dernier mot»

CITÉ DU VATICAN — «L'obscurité et la mort n'ont pas le dernier mot», a assuré le pape François dans une homélie samedi soir, à la veille de Pâques, en soulignant que cette fête constitue «une annonce d'espérance».

«Seigneur protège-nous»

En cette fin de semaine de Pâques, des centaines de millions de chrétiens, reclus chez eux comme la moitié de l'humanité, ont entamé des célébrations inédites, sans fidèles, en particulier sur l'immense place Saint-Pierre du Vatican, d'ordinaire noire de monde.

Pour la fête la plus importante de la tradition chrétienne, la commémoration de la résurrection du Christ, selon ces religions, c'est sur écran que les fidèles suivront les messes pascales d'un pape François confiné.

«Seigneur, ne nous laisse pas dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, protège-nous du bouclier de ton pouvoir», a murmuré le pape, lors du traditionnel rite du «Chemin de Croix» retransmis en mondovision depuis une place Saint-Pierre vide vendredi soir.

À Jérusalem, pour la première fois en plus d'un siècle, le Saint-Sépulcre où le Christ a été enterré, selon la tradition chrétienne, est fermé au public durant tout le weekend. Une simple messe à huis clos y a été célébrée pour le vendredi saint.

Le pape François donnera sa bénédiction du dimanche de Pâques à l'intérieur d'une basilique Saint-Pierre quasi vide, sans les 70 000 fidèles venus l'an dernier l'écouter et le saluer en plein air.

«Tout ira bien, disons-nous avec ténacité en ces semaines, nous agrippant à la beauté de notre humanité et faisant monter du coeur des paroles d'encouragement. Mais, avec les jours qui passent et les peurs qui grandissent, même l'espérance la plus audacieuse peut s'évaporer», a-t-il convenu.

Or «nous pouvons et nous devons espérer», malgré des «jours tristes», a-t-il insisté.

Le pape argentin s'était récemment associé à l'appel lancé par le Nations unies en faveur d'un cessez-le-feu immédiat et mondial afin de préserver, face au coronavirus, les civils les plus vulnérables dans les pays en conflit.

«Faisons taire le cri de mort, ça suffit les guerres! Que s'arrête la production et le commerce des armes, parce que c'est de pain et non de fusils dont nous avons besoin», a-t-il lancé samedi soir dans son homélie prononcée dans la basilique Saint-Pierre, en présence seulement d'une dizaine de célébrants et d'une dizaine de fidèles.

À l'heure de la pandémie du coronavirus, aucun baptême n'a été célébré durant cette messe traditionnelle de la Vigile.

Le pape François donnera sa bénédiction «Urbi et orbi» du dimanche de Pâques également à l'intérieur d'une basilique Saint-Pierre quasi vide, sans l'acclamation des 70 000 fidèles venus l'an dernier l'écouter et le saluer en plein air.

C'est sur l'immense place Saint-Pierre noire de monde que le souverain pontife préside habituellement juste avant cette prière la messe de Pâques, le plus important moment liturgique de la tradition chrétienne, qui célèbre la résurrection du Christ. Elle se tiendra cette année à l'intérieur de la basilique et sera retransmise en Mondovision.