L'UQAC se prépare à offrir la session d'automne 2020 à distance

Eve-Marie Fortier
Eve-Marie Fortier
Le Quotidien
L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) se prépare à offrir la session d’automne 2020 à distance aux étudiants. La situation incertaine entourant la crise actuelle a poussé le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur à demander aux établissements universitaires de poursuivre les formations en non-présentiel, et ce, pour encore plusieurs mois.

Au travers de la communication officielle du ministère, il est possible de comprendre que l’évolution de la pandémie pourrait permettre le retour en classe, mais que les cégeps et universités doivent se préparer à toute éventualité.

« La crise sanitaire que nous traversons contraint le personnel enseignant de tout le Québec à adapter sa pratique très rapidement pour continuer à favoriser la réussite des élèves et des étudiants, malgré la distance. En effet, la population étudiante collégiale et universitaire devra poursuivre son cheminement hors des établissements. Comme nous ne pouvons prévoir quelle sera la situation à la rentrée scolaire de l’automne, notamment en matière de distanciation sociale, l’enseignement à distance pourrait être l’une des solutions à adopter. »

Marie-Karlynn Laflamme, responsable des communications de l’UQAC, mentionne également qu’il est possible que la situation change d’ici la rentrée, mais que l’établissement doit absolument être en mesure d’offrir les formations en non-présentiel à l’automne 2020. « Tout porte à croire que nous devons nous préparer à donner l’ensemble de nos cours à distance à l’automne. Nous sommes toutefois en train de déconfiner certaines sections de l’université pour permettre aux étudiants qui ont un côté pratique dans leur formation d’y avoir accès, a-t-elle expliqué, à l’occasion d’une entrevue. Le fil conducteur de toute mesure mise en place par l’UQAC est de permettre aux étudiants de diplômer dans les meilleurs délais. »

Les professeurs, chargés de cours et équipes de programmes et de soutien ont été invités à faire preuve de créativité et d’ouverture face aux mois à venir étant donné les difficultés que certains étudiants risquent de vivre au fil de l’évolution de la crise.

Que ce soit en raison de situations de maladie, de conciliation travail-famille difficile ou de problèmes technologiques, ces étudiants auront besoin d’être soutenus et les solutions offertes devront prendre en considération la situation exceptionnelle, peut-on lire dans la communication envoyée aux étudiants, jeudi.