Comme il n’est plus possible de se procurer des billets de loterie chez les détaillants, des dizaines de milliers d’inscriptions en ligne ont eu lieu au cours des dernières semaines.
Comme il n’est plus possible de se procurer des billets de loterie chez les détaillants, des dizaines de milliers d’inscriptions en ligne ont eu lieu au cours des dernières semaines.

Loterie en ligne: « des dizaines de milliers d’inscriptions »

La crise de la COVID-19 a entraîné l’arrêt des ventes de loterie en magasin. Des dizaines de milliers de clients ont répondu à l’appel de Loto-Québec et se sont tournés vers le site Internet.

Le directeur corporatif des affaires publiques et des médias, Patrice Lavoie, confirme que « des dizaines de milliers d’inscriptions en ligne » ont eu lieu à la suite de la fermeture des ventes de loterie en magasin. Au total, 8500 points de vente de billets de loterie chez les détaillants du Québec ont dû cesser temporairement leurs activités.

« Nos services à la clientèle ont été évidemment débordés. Ceux-ci sont maintenant ouverts 24/7 et plus d’une centaine d’employés répondent aux appels, aux courriels et aux messages sur les médias sociaux. La situation s’est grandement améliorée et nous poursuivons nos efforts », a-t-il mentionné dans un échange de courriels.

Loto-Québec offre quelques centaines de jeux en ligne, mais les nouvelles inscriptions concernent particulièrement les clients qui veulent acheter de la loterie. Sinon, M. Lavoie confirme que le reste des inscriptions est resté stable.

Si vous avez des billets gagnants en main, achetés avant le début de la crise, vous devez les garder en attendant que la situation revienne à la normale, et si votre billet arrive à échéance, pas d’inquiétude : le délai de réclamation a été ajusté. Si la date d’expiration se situe entre le 17 mars et le 17 septembre 2020, six mois supplémentaires ont été ajoutés.

Et Loto-Québec tient à rassurer ses clients ! « Chaque participant a autant de chance qu’auparavant de remporter le gros lot. Les chances de gagner ne sont pas liées au nombre de billets vendus, mais bien aux probabilités d’occurrence de la combinaison gagnante », peut-on lire sur le site Internet.