À la Soupe populaire de Chicoutimi, le repas sera servi aux mêmes heures, soit entre 11 h 15 et 12 h 15, et au même prix qu’à l’habitude, bien que les plats seront servis dans des barquettes pour emporter.

Les soupes populaires aussi nécessaires

Les soupes populaires resteront ouvertes puisqu’elles sont jugées comme étant un service essentiel par la santé publique. Cependant, elles devront changer leur façon de faire, alors que les salles à manger ne peuvent plus recevoir de visiteurs.

L’annonce du gouvernement avait inquiété plusieurs bénévoles et clients de la Soupe populaire de Chicoutimi, mais la confirmation que les soupes populaires sont des services essentiels a soulagé le directeur général, Bertin Riverain.

« Je suis en contact avec la Santé publique depuis le début et on nous disait qu’on était un service essentiel. Avec l’annonce de toutes les fermetures faites lundi, on n’était pas sûrs de l’être, mais on nous considère toujours comme un service essentiel. On est donc contents de pouvoir continuer d’offrir des services à notre clientèle. »

M. Riverain explique cependant que le service a été quelque peu modifié depuis la semaine dernière. « Avec les mesures prises dernièrement, notre salle à manger est bien évidemment fermée, mais on offre le service de repas pour emporter à notre clientèle. Les gens devront entrer à tour de rôle pour être servis, pour réduire les risques de propagation », a expliqué Bertin Riverain.

Le repas sera servi aux mêmes heures, soit entre 11 h 15 et 12 h 15, et au même prix qu’à l’habitude, bien que les plats soient servis dans des barquettes pour emporter.

Le manque de bénévoles comblé

La semaine dernière, M. Riverain lançait un appel à l’aide en raison d’une perte importante de plusieurs bénévoles de plus de 70 ans. Le message a été bien reçu par la population. « On a eu beaucoup de personnes qui se sont offertes pour nous aider dans notre service. Pour l’instant, on a les gens qu’il nous faut, d’autant plus que nous n’avons plus de salle à manger. »

Bertin Riverain croit également que les demandes d’aide seront plus nombreuses dans les prochaines semaines en raison des pertes d’emploi liées à la fermeture de plusieurs commerces. « Pour l’instant, ce n’est pas le cas, mais j’ai tendance à croire que des gens vont avoir besoin d’un peu d’aide. Ça prend toujours un peu de temps avant que les gens demandent de l’aide, mais on va s’organiser pour répondre à la demande », conclut M. Riverain.