Les résidences pour aînés sur un pied d’alerte

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Les dirigeants du Soutien adapté à la personne âgée du CIUSSS ont pris la décision de placer 64 résidents du CHSLD de la Colline en isolement pour tenter de circonscrire un début d’éclosion de COVID-19. Deux cas ont été détectés chez les résidents, qui auraient été infectés par un membre du personnel qui ignorait être atteint de la maladie.

Tous les yeux sont tournés vers ce CHSLD qui a été le premier de la région à faire face à une éclosion majeure de la maladie pendant la première vague. Une employée du CIUSSS affecté à cet établissement a indiqué au Progrès que la réaction des équipes a été exceptionnelle en raison de l’expérience acquise le printemps dernier.

Avec la confirmation de 213 nouveaux cas positifs vendredi, la propagation du virus se maintient dans la région à une moyenne mobile de 158 cas au cours des sept derniers jours. Ce qui tend à confirmer de plus en plus que les mesures décrétées avec l’entrée en zone rouge n’ont pratiquement pas eu d’impact sur la progression de la maladie dans la communauté.

L’hôpital d’Alma connaît depuis 48 heures une importante éclosion. En début de soirée vendredi, des sources ont confirmé que 15 nouveaux cas ont été signalés, avec la possibilité que ce nombre augmente dans les prochaines heures. Dans au moins un cas, un retard dans les appels de la Santé publique serait en cause.

Le Manoir Champlain soulève des inquiétudes 

L’autre point d’intérêt pour les gestionnaires du réseau de la santé au Saguenay est le manoir Champlain, cette résidence privée située au centre-ville de Chicoutimi qui compte 418 résidents, dont 69 en ressource intermédiaire. Le CIUSSS dénombre 37 cas positifs dans cette résidence. Une progression qui, jusqu’à maintenant, laisse entrevoir une éclosion majeure.

«Dans les autres régions du Québec, hors de la métropole, l’augmentation des hospitalisations projetées est plus importante. Ainsi, un risque de dépassement des capacités ne peut être exclu, notamment en raison d’éclosions observées dans certains milieux de vie hébergeant des personnes âgées», indiquait vendredi le communiqué hebdomadaire du cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Dans la structure du développement de la pandémie, les hospitalisations et transferts vers les soins intensifs montent rapidement quand les éclosions surviennent dans les résidences privées pour personnes âgées. Au Saguenay, des éclosions ont lieu dans cinq établissements privés, incluant le Manoir Champlain.

Week-end difficile 

Le présidente de la FIQ, Julie Bouchard ainsi que le président du syndicat FSSSS-CSN du CIUSSS Gaston Langevin s’attendaient à une fin de semaine difficile pour les travailleurs en milieu d’éclosion. Les syndicats doivent faire face à un vent de démotivation, découlant de l’annonce du gouvernement du Québec d’autoriser des regroupements pendant 4 jours pendant la période des Fêtes.

«On tente de motiver notre monde et de les encourager. Mais c’est véritablement la colère qui monte dans nos rangs. Les travailleurs n’ont pas levé la tête une minute depuis le printemps et on annonce qu’eux, ceux qui assurent les soins aux personnes vulnérables, ne pourront pas célébrer», insiste Gaston Langevin, qui rappelle que les travailleurs de la santé ne peuvent pas faire de télétravail et ne pourront s’isoler.

Ce dernier aimerait bien voir les quatre députés caquistes de la région, dont la ministre Andrée Laforest, soutenir le personnel de la santé.

La présidente de la FIQ régionale ne peut pas comprendre que le gouvernement soit aussi insensible à la situation des «anges» qui ne pourront pas fêter et qui vont s’exposer à des risques.

«C’est toujours comme ça que ça se passe. Quand nous proposons des solutions pour régler des problèmes comme on l’a fait cette semaine avec les étudiantes, personne ne retourne nos appels et surtout personne n’ose faire un effort au ministère pour vérifier si nos solutions sont réalistes», a-t-elle conclu.