Le Dr Tom Frieden à Washington, en juillet 2016
Le Dr Tom Frieden à Washington, en juillet 2016

Les États-Unis ne sont pas prêts au déconfinement, prévient un ex-responsable sanitaire

WASHINGTON - Les États-Unis sont loin d’être équipés pour déconfiner le pays, prévient dans un entretien Tom Frieden, ancien directeur des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) pendant la présidence de Barack Obama, avant la présentation jeudi par Donald Trump de son plan de réouverture de l’économie.

Tom Frieden dirige aujourd’hui l’ONG Resolve to Save Lives.

QUESTION: A quoi ressemblera l’été pour les Américains?

La clé est de bloquer le virus de tous les côtés, c’est-à-dire (avec) quatre choses: la capacité à tester, l’isolement de tous les gens contaminés, un programme vigoureux et large de traçabilité des contacts, et des quarantaines en sécurité et confortables pour tous ceux qui ont été exposés.

Si nous parvenons à faire ces quatre choses, on pourra contenir le virus.

Il est malvenu de se focaliser sur une date, plutôt que sur nos progrès pour accomplir ces quatre choses. Il faut profiter du moment où nous sommes barricadés chez nous pour nous préparer.

Q: Vous avez dit que de nombreux tests autorisés par l’Agence du médicament (FDA) pour le Covid-19 étaient «de la camelote», pourquoi sont-ils autorisés?

La FDA n’a pas encore trouvé le point d’équilibre où ils évaluent correctement les tests pour homologation.

Produire de bons tests de sérologie (qui cherchent les anticorps, NDLR) n’est pas aisé, il faut que ce soit fait rigoureusement. Et fondamentalement, on ne sait pas si les anticorps seront vraiment associés avec une immunité. Et si c’était le cas, pour combien de temps?

Nous ignorons encore beaucoup de choses sur ce virus. Il n’est pas éradiquable, nous ne pouvons pas l’éliminer.

Ce qu’a fait la Chine peut nous apprendre des choses. Ils ont été extraordinairement proactifs. Ils admettent qu’il y a des cas asymptomatiques. Ils testent beaucoup, y compris les contacts et les gens en quarantaine, et ils découvrent les cas asymptomatiques.

Quand ils découvrent un cas mais ignorent la source de contamination, ils retournent voir cette personne afin de trouver les cas asymptomatiques.

Q: Les Etats-Unis sont-ils équipés pour la prochaine période?

Le niveau de main-d’oeuvre requise sera extraordinairement élevé.

On parle de retracer les contacts avec des applications et des téléphones, je suis sceptique, je ne suis pas sûr que cela marchera. Mais il faut utiliser ces outils pour aider les «traceurs de contacts».

Mais il faudra beaucoup plus de travailleurs qu’actuellement. S’il faut la même proportion qu’à Wuhan, il faudra environ 300.000 personnes.

Leur travail sera un retour aux bases de la santé publique: parler aux gens, traiter les patients comme s’ils étaient des VIP, gagner leur confiance, les aider à se souvenir, tout cela pour avertir les gens.