Les centres commerciaux de la région ont dû fermer leurs portes, dimanche, à minuit. Seules les boutiques qui ont une porte menant à l’extérieur peuvent rester ouvertes.

Les entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean se conforment

Les réactions solidaires des restaurants, commerces et salons de coiffure à la suite du point de presse du premier ministre François Legault ont été nombreuses au Saguenay–Lac-Saint-Jean, dimanche. Alors que les restaurants continuent de s’ajuster aux nouvelles mesures contre la COVID-19, les salons de coiffure sont dans l’obligation de cesser leurs opérations, tout comme les centres commerciaux.

Afin d’assurer la survie de son entreprise et de ses employés, Roger Lavoie, propriétaire du restaurant Lucerne à La Baie, a choisi de poursuivre ses activités, mais d’offrir ses services différemment. Les clients pourront désormais commander par téléphone ou par Messenger. La commande pourra ensuite être livrée à la maison ou récupérée sur place, selon un horaire précis, afin d’éviter les rassemblements.

Les salons de coiffure et d’esthétique devront cesser leurs opérations jusqu’au 1er mai.

« Nous souhaitions aider les personnes qui ont de la difficulté à cuisiner, tout en permettant à nos employés de continuer à travailler. En ayant des mesures d’hygiène et d’éloignement strictes, nous pourrons continuer d’offrir le menu à nos clients », a affirmé Johanne Gagné, gérante du restaurant.

En ce qui concerne le centre commercial Place du Royaume, seuls Pharmaprix et Walmart resteront ouverts et accessibles par la porte extérieure. « Prenez note que le centre commercial sera fermé jusqu’au 1er mai, conformément aux directives émises par le gouvernement du Québec », peut-on lire sur la page Facebook de l’établissement du boulevard Talbot.

Toutes les salles à manger des restaurants devront désormais être fermées afin d’éviter les rassemblements.

Salons de coiffure

Malgré la déception de devoir fermer leurs portes, plusieurs gestionnaires de salons de coiffure semblent satisfaits de la nouvelle mesure du gouvernement de François Legault. Tel est le cas de Jean-Sébastien Demers, sous-directeur général du groupe Éléganza, pour qui cette mesure est « satisfaisante », puisqu’elle permettra de protéger ses employés et ses clients.

« Nous sommes en processus de fermeture au salon de Place du Saguenay, à Chicoutimi. Nous avions déjà réduit au minimum les interactions avec les clients, mais aujourd’hui, avec les nouvelles mesures, nous sommes contents pour nos clients et nos employés. Notre priorité a toujours été de les protéger. Trois boutiques sur sept étaient déjà fermées. Je pense que la mesure qui consiste à fermer tous les salons de coiffure est une bonne chose dans les circonstances et nous allons essayer du mieux que nous pouvons de compenser nos coiffeurs pendant la crise », a-t-il raconté au Quotidien.

Les restaurants McDonald’s ont fermé leur salle à manger partout au Canada, samedi, mais continuent d’offrir le service au comptoir et au volant.

Outre la compensation des employés chez Éléganza, le groupe a l’intention d’offrir aux clients des techniques de coiffure pour la maison. « Nous allons également essayer de publier des capsules vidéo afin que nos clients puissent se faire des coupes à la maison. Nous avons aussi accès pour la plupart à leur adresse courriel. Nous aurons donc une présence accrue sur les réseaux sociaux et en ligne afin de les soutenir », a affirmé M. Demers.

Les stationnements des centres commerciaux étaient vides, dimanche.

Un moment difficile à passer

Catherine Morissette, mairesse de Saint-David-de-Falardeau et propriétaire d’un salon de coiffure depuis 34 ans, confirme que ce sera « extrêmement difficile » pour les coiffeurs et coiffeuses. « Ça va être l’effort de guerre. C’est dramatique pour les travailleurs autonomes, mais il faut le faire. Notre gouvernement est exceptionnel dans la situation. Nous avons vu la pointe de l’iceberg, mais là, on essaie de faire tourner le bateau », a-t-elle affirmé, en faisant référence au Titanic.