Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Les enseignants principaux vecteurs de transmission du coronavirus dans les écoles, selon une étude américaine

Associated Press
Article réservé aux abonnés
ATLANTA - Les professeurs seraient les principaux vecteurs de transmission du coronavirus dans les écoles, conclut une nouvelle étude des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) des États-Unis.

L’étude dévoilée lundi porte sur neuf éclosions survenues en décembre et en janvier dans des écoles primaires de Marietta, en banlieue d’Atlanta. Lors d’une éclosion, seize enseignants, étudiants et parents des étudiants ont été infectés.

Une seule éclosion trouvait à sa source un étudiant malade. Quatre éclosions avaient comme origine un enseignant infecté. La première infection était incertaine dans quatre autres éclosions.

Une transmission probable de l’enseignant aux élèves est probable dans huit des neuf éclosions. Lors de deux éclosions, les enseignants se sont infectés entre eux lors de rencontres en personne; un enseignant a ensuite infecté d’autres étudiants.

«Les éducateurs étaient au coeur des réseaux de transmission à l’intérieur des écoles», ont écrit les auteurs.

Ces conclusions correspondent à celles d’études britanniques selon lesquelles les transmissions de professeur à professeur étaient les plus courantes dans les écoles du pays. Une étude allemande avait constaté que les taux de transmission dans les écoles étaient trois fois plus importants quand le premier cas documenté était celui d’un enseignant.

Lors de toutes les éclosions de Marietta, «la distanciation physique était moins qu’idéale»; les élèves se trouvaient souvent espacés de moins d’un mètre, quoique des séparateurs de plastique avaient été installés sur les bureaux.

«Une distanciation physique de plus de (deux mètres) n’était pas possible en raison du nombre élevé d’étudiants présents et de la configuration des classes», ont écrit les auteurs.

Lors de sept éclosions, la transmission s’est possiblement produite lors de sessions en petits groupes, alors que les enseignants étaient proches des jeunes. Même si les auteurs disent avoir vu des enfants porter des masques, des entrevues portent à croire qu’une «utilisation incorrecte des masques» par les élèves pourrait avoir contribué à la propagation du virus dans cinq éclosions.

Le CDC a répété que les écoles doivent adopter des stratégies «à plusieurs facettes» pour endiguer le virus, y compris en réduisant les rencontres entre enseignants, en s’assurant que les masques sont portés correctement et en augmentant la distanciation sociale, surtout lors des repas lorsque le port du masque est impossible.

L’étude ajoute qu’il pourrait être pertinent de vacciner les enseignants non seulement pour les protéger, mais aussi pour freiner la transmission dans les écoles.