Le premier ministre François Legault, accompagné de la ministre de la Santé Danielle McCann, en conférence de presse à Québec, mercredi
Le premier ministre François Legault, accompagné de la ministre de la Santé Danielle McCann, en conférence de presse à Québec, mercredi

Le gouvernement Legault supplie les médecins d’aller «en mission humanitaire dans les CHSLD» [VIDÉO]

«On a besoin de 2000 médecins. Que ce soient des omnipraticiens ou des spécialistes, qui viennent soigner le monde, qui viennent laver les patients, qui viennent nourrir les patients», a imploré François Legault, à propos de ce qu’il qualifie d’«urgence nationale» dans les CHSLD. Ce à quoi les médecins ont répondu présents.

La province devrait atteindre jeudi les 500 morts, 1000 malades hospitalisés et 15 000 cas confirmés de personnes contaminées par la COVID-19. Plateaux symboliques, mais qui témoignent de l’ampleur de l’épidémie au sein d’une population où plus d’une personne sur huit est âgée d’au moins 70 ans, soit 1 ,1 million (13,2 %).

Le bilan quotidien dévoilé mercredi par le premier ministre fait état de 52 nouveaux décès dans les 24 heures précédentes, portant le décompte des corps à 487. Nos unités de soins intensifs traitent 218 malades de la COVID-19, 12 de moins que la veille, et 984 cas dans l’ensemble (+ 48). Officiellement, 14 860 personnes (+ 612) sont infectées à travers le Québec.

Les individus de 70 ans et plus constituent environ 20 % des cas répertoriés, 50 % des cas hospitalisés et 90 % des cas décédés. Et surtout, la moitié des Québécois tués par le nouveau coronavirus habitaient en centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD).

M. Legault avait déjà lancé un appel aux médecins mardi pour venir renflouer les effectifs dans les CHSLD. À la pénurie de main-d’œuvre qui sévissait dans ces établissements avant la crise s’ajoute l’absence de 1382 travailleurs juste dans les CHSLD publics. La situation s’avère critique dans une quarantaine d’endroits, surtout dans les régions de Montréal, Laval, Montérégie et Mauricie.

Mieux que «devant des lits vides»

Alors mercredi, le discours du premier ministre tenait davantage de la supplication. Ou d’un ordre, c’est selon.

«Il ne manque pas de médecins dans les CHSLD, il manque d’infirmières, il manque de préposés aux bénéficiaires. Le problème, c’est que ça n’existe pas, 2000 infirmières ou préposés qui sont disponibles à aller travailler demain matin dans les CHSLD. On ne peut pas faire de magie, on ne peut pas les inventer, ces personnes-là.

«Je ne veux pas insulter les médecins, mais ce que je demande aux médecins, c’est de venir aider dans les CHSLD. [...] Je comprends qu’ils sont surqualifiés pour faire le travail d’infirmière dans les CHSLD. Sauf qu’à partir du moment où on n’a pas personne d’autre, on demande aux médecins spécialistes et aux médecins de famille de venir aider», a expliqué M. Legault, visiblement irrité par la situation.

«Est-ce qu’on demande à certains médecins spécialistes d’aller faire du travail d’infirmière, d’être payés plus cher qu’une infirmière pendant qu’ils font le travail d’une infirmière? Bien oui! Parce qu’il y a une urgence nationale! Puis moi, j’aime mieux avoir des médecins qui viennent faire du travail d’infirmières dans les CHSLD que d’avoir des médecins spécialistes qui sont à l’hôpital devant des lits vides parce qu’on a reporté des chirurgies», a-t-il tonné, parlant d’«une urgence nationale» «le temps de reprendre le contrôle de la situation» dans les CHSLD.

«Mission humanitaire» comme en Afrique

La ministre de la Santé et des Services sociaux en a ajouté une couche sur l’engagement attendu des médecins québécois.

«On a connaissance de beaucoup de médecins généralistes, spécialistes, qui vont en mission humanitaire, à l’extérieur du Québec, en Afrique, dans plusieurs pays, ils vont aider, ils se dévouent beaucoup. Ce que je veux leur dire aujourd’hui, c’est que la mission humanitaire, elle est au Québec, elle est en CHSLD. Et on veut que nos médecins viennent en mission humanitaire dans les CHSLD pour nos aînés, ceux qui ont bâti le Québec», a déclaré Danielle McCann.


« Il ne manque pas de médecins dans les CHSLD, il manque d’infirmières, il manque de préposés aux bénéficiaires. Le problème, c’est que ça n’existe pas, 2000 infirmières ou préposés qui sont disponibles à aller travailler demain matin dans les CHSLD. On ne peut pas faire de magie, on ne peut pas les inventer, ces personnes-là. »
Le premier ministre François Legault

Le message du gouvernement était clair et a été entendu. Autant la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ) que celle des omnipraticiens (FMOQ) ont ensuite assuré leur collaboration effective dès jeudi.

«Nous allons répondre à l’appel, dites-nous ce que vous voulez!» s’est exprimé sur son compte Twitter la présidente de la FMSQ, la Dre Diane Francœur, disant aussi avoir essuyé trois refus de la part de la ministre de la Santé depuis une semaine.

Pendant ce temps, à Ottawa, le gouvernement fédéral laissait entendre détenir une liste de 1000 bénévoles francophones d’un peu partout au Canada prêts à venir prêter main-forte au Québec.

M. Legault songe aussi à recourir à des militaires de l’armée canadienne dotés d’une formation médicale.

En vrac:

- La ministre McCann assure que malgré l’appel aux entreprises d’économie sociale pour venir prêter main-forte dans les CHSLD, les services de soins à domicile demeurent assurés. «On a diminué certains services non essentiels, par exemple l’aide domestique. À part ça, les services maintien à domicile sont maintenus et vont être maintenus. Ils sont cruciaux.»

- Alors que certains magasins à grande surface continuent de leur faire concurrence, les petits commerces sont obligés de rester fermés. Le gouvernement Legault veut remédier à cette situation qu’il qualifie d’«injuste».

«On est en train de regarder avec la santé publique de permettre aux petits commerces de recommencer à pouvoir vendre leurs produits, surtout les petits commerces qui se font faire une compétition un peu injuste par les grandes surfaces. Donc, on est en train, avec le DArruda, de mettre en place des consignes pour qu’entre autres le deux mètres soit respecté, mais on est en train de regarder prochainement pour rouvrir ces commerces», a affirmé François Legault, mercredi.

- Pas encore de consigne claire pour les ligues sportives cet été. «Il est trop tôt pour répondre à ça. Pour aider les grands festivals, on leur a dit : “Écoutez, je pense que vous êtes mieux d’arrêter d’investir de l’argent.” Mais pour ce qui est des clubs de baseball de jeunes, il est trop tôt pour répondre à ça», a dit le premier ministre.