Trente-neuf scieries ont fermé temporairement, ce qui a mis des milliers de personnes au chômage et réduit l'offre de copeaux de bois nécessaires à la fabrication de la pâte.
Trente-neuf scieries ont fermé temporairement, ce qui a mis des milliers de personnes au chômage et réduit l'offre de copeaux de bois nécessaires à la fabrication de la pâte.

La vente de papier hygiénique augmente de 241%

OTTAWA — La demande de papier hygiénique au Canada a grimpé en flèche, augmentant de 241% depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Derek Nighbors, président de l'Association des produits forestiers du Canada, a révélé vendredi, cette augmentation spectaculaire lors d'un témoignage devant le comité des finances de la Chambre des communes.

Il a déclaré au comité que l'industrie des produits forestiers a rarement joui d'une telle visibilité.

Et ce n'est pas seulement parce qu'elle produit du papier hygiénique, que les Canadiens ont commencé à stocker dès qu'il est devenu clair au début du mois dernier que les commandes de rester à la maison étaient imminentes.

M. Nighbour a déclaré que le secteur fournissait la pâte nécessaire pour fabriquer des lingettes hygiéniques, des serviettes en papier, des masques de protection et des blouses d'hôpital.

Il fournit également les granules de bois, les biocarburants et l'énergie verte qui alimentent ses systèmes de chauffage et des réseaux électriques.

Bien que Derek Nighbor ait qualifié la forte augmentation de la demande de papier hygiénique «d'une sorte d'anomalie» qui ne durera pas, il a également signalé que l'approvisionnement en produits à base de pâte à papier pourrait faire face à des problèmes au fur et à mesure que les scieries du pays ferment leurs portes en raison d'un effondrement des prix du bois d'oeuvre provoqué par la pandémie.

Trente-neuf scieries ont fermé temporairement, ce qui a mis des milliers de personnes au chômage et réduit l'offre de copeaux de bois nécessaires à la fabrication de la pâte.

«Certains de ces produits essentiels dont j'ai parlé plus tôt sont rendus possibles grâce aux usines de pâte à papier du Canada, mais avec la baisse des scieries, nos usines de pâte à papier commencent à en souffrir», a déclaré M. Nighbors.

«Elles ne peuvent pas obtenir les copeaux dont elles ont besoin pour fabriquer leurs produits en demande, alors certaines d'entre elles commencent également à annoncer des fermetures temporaires.»

Avec la fermeture des bureaux, des magasins et des écoles et la baisse des revenus publicitaires, il a déclaré que les usines de pâte à papier souffrent également d'un effondrement de la demande de papier journal et d'autres papiers.

Pour l'instant, la plupart des fermetures de scieries - 24 sur 39 - ont eu lieu en Colombie-Britannique. Mais Derek Nighbor a déclaré: «À mesure que cela avance, je suis de plus en plus préoccupé par les problèmes de capacité dans l'Est.»

M. Nighbour a déclaré que les mesures d'aide d'urgence du gouvernement fédéral pour aider les entreprises à traverser la tempête ont été peu utiles au secteur.

Par exemple, il a déclaré que l'énorme programme de subventions salariales de 75 pour cent laisse derrière «une grande majorité des acteurs de notre secteur et de nos travailleurs».

Le président de l'Association des produits forestiers du Canada a déclaré que de nombreuses entreprises exploitent un certain nombre d'usines différentes et n'ont pas, dans l'ensemble, connu une baisse suffisante de leurs revenus pour être éligibles à la subvention salariale. Plutôt que de fonder l'admissibilité sur les revenus globaux d'une entreprise, il a exhorté le gouvernement à adopter une approche «usine par usine», indiquant que cela garderait des milliers de travailleurs au travail.

Il a également suggéré que les entreprises dont les revenus ont baissé de 10 ou 15 pour cent soient éligibles à une subvention salariale moindre de 40 ou 50 pour cent.

Mais Derek Nighbor a déclaré que la plus grande inquiétude du secteur concernait le manque de liquidités pour gérer l'augmentation des coûts d'exploitation, car les prix des produits «chutent d'une falaise». Il a déclaré que l'industrie n'est pas convaincue que les programmes fédéraux de prêts aux entreprises proposés jusqu'à présent seront suffisants et que les bailleurs de fonds doivent être prêts à prendre plus de risques que les banques ne l'ont été jusqu'à présent.

«Notre industrie ne cherche pas de renflouement», a déclaré M. Nighbors. «Ce que nous recherchons, c'est un soutien accru des flux de trésorerie pour que nos entreprises continuent de fonctionner pendant ces deux ou trois prochains trimestres difficiles.»

Vendredi, le comité a également entendu Mary Robinson, présidente de la Fédération canadienne de l'agriculture.

Elle a averti que les pénuries de main-d'oeuvre agricole, les coûts inattendus induits par la pandémie, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement et la réduction de la capacité des transformateurs alimentaires érodent la confiance dont les agriculteurs ont besoin pour investir dans la plantation d'une culture ou le maintien des troupeaux de bétail - «des décisions qui doivent être prises maintenant et qui affectent directement la disponibilité et l'abordabilité des aliments plus tard cette année.»

Sans une aide fédérale immédiate, Mary Robinson a déclaré: «Les consommateurs canadiens pourraient voir une diminution de la quantité et de la variété des aliments dans leurs épiceries locales, ainsi que des prix plus élevés dans les mois à venir.»

La présidente de la Fédération canadienne de l'agriculture a appelé à un fonds d'urgence fédéral flexible spécifiquement pour les agriculteurs, à un accès prioritaire à l'équipement de protection individuelle pour les travailleurs agroalimentaires et à des mesures pour encourager les Canadiens à travailler dans les fermes et dans les usines de transformation des aliments. Elle a également appelé le gouvernement à renforcer les programmes existants de stabilisation des revenus et de soutien aux agriculteurs.

De plus, Mary Robinson a fait écho à la demande de longue date des conservateurs voulant que le gouvernement fédéral exempte les agriculteurs de la taxe sur le carbone.