En moyenne, 67 repas sont servis chaque jour à la Soupe populaire de Chicoutimi.

La Soupe populaire est à la recherche de bénévoles plus jeunes 

La Soupe populaire de Chicoutimi demeure ouverte, mais l’organisation a besoin de bras... plus jeunes. La majorité des bénévoles ont plus de 70 ans, limitant ainsi le nombre de volontaires chaque jour. Responsable de la soupe populaire, Bertin Riverin invite les gens disponibles et en santé à servir les plus démunis.

 « Nos bénévoles ont pour la plupart 70 ans et plus et ils respectent la recommandation du gouvernement de rester à la maison. Nous avons besoin chaque jour de cinq à sept personnes pour servir les repas. Aujourd’hui, nous étions trois. Mais nous ne pourrons pas durer longtemps si nous n’avons pas de bras supplémentaires », explique M. Riverin. 

Les gens qui sont en congé forcé, dont les étudiants, fonctionnaires ou travailleurs qui bénéficient de l’assurance-emploi après la fermeture d’une entreprise, pourraient être un bassin de volontaires à convaincre, selon l’organisation. 

Même si le premier ministre a demandé d’éviter tout rassemblement, la Soupe populaire de Chicoutimi tient à maintenir son service. Comme les restaurateurs, l’organisation s’est pliée à l’ordonnance de réduire de 50 % sa capacité de salle à manger. En moyenne, 67 repas sont servis chaque jour. Les clients, qui paient leur repas 1$, doivent également se désinfecter les mains et les gens qui présentent des symptômes d’allures grippales ne peuvent se présenter à l’intérieur. « La personne peut avoir son repas, mais par l’entremise d’une autre personne. On met son repas dans un contenant différent et il peut être donné à l’extérieur », précise M. Riverin.

La Soupe populaire de Chicoutimi est la seule au Saguenay–Lac-Saint-Jean à avoir des salariés en cuisine. Celle d’Alma a quant à elle fermé ses portes au cours des derniers jours, et ce, pour une période minimale de deux semaines.

« Avec nos bénévoles qui sont âgés en majorité de plus de 70 ans, on n’avait pas le choix de cesser nos opérations. Les gens comprennent et peuvent compter sur Moisson d’Alma en attendant. Mais on espère que ça ne durera pas longtemps », commente Lucienne Potvin, présidente de la Marmite fumante. 

Plusieurs services de popotes roulantes sont également en arrêt pour un minimum de deux semaines. L’âge des bénévoles demeure la principale raison de cette pause.