La prestation canadienne d'urgence sera disponible lundi, confirme Trudeau [VIDÉO]

OTTAWA — Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a confirmé dimanche que la prestation canadienne d’urgence sera disponible dès lundi pour tous les travailleurs poussés au chômage par l’épidémie de la COVID-19.

Lors de sa conférence de presse quotidienne au lutrin installé devant la résidence historique de Rideau cottage, qu’il occupe avec sa famille, M. Trudeau a promis que le premier versement serait effectué en 3 à 5 jours.

Pour les Canadiens qui ne sont pas inscrits au versement électronique, un chèque doit être reçu par la poste dans un délai maximum de 10 jours, a assuré M. Trudeau.

Appel à la mobilisation citoyenne

Par ailleurs, le premier ministre a lancé un appel à la mobilisation citoyenne en invitant tous les Canadiens disponibles à offrir leur aide à l’effort national contre le coronavirus.

La plateforme web de Santé Canada procède au recrutement de bénévoles afin de contribuer au «suivi des cas et recherche de contacts»; à la «collecte de données et reddition de comptes»; et à la «capacité de pointe du système de santé».

En réponse à une question sur les travailleurs étrangers temporaires essentiels aux secteurs agricoles et des pêcheries, le premier ministre a dit travailler à une stratégie pour les accueillir, mais en les plaçant en isolement pour 14 jours.

Justin Trudeau a aussi laissé entendre qu’un appel à la main-d’oeuvre étudiante et aux travailleurs forcés à l’arrêt par la crise pourrait être fait dans les prochains jours.

La saga des masques

Dans la saga entourant l’approvisionnement en masques N-95 pour protéger les travailleurs de la santé, le gouvernement espère toujours s’entendre avec les États-Unis pour continuer de recevoir des livraisons du fabricant 3M.

Cette semaine, le président américain Donald Trump a interdit à 3M d’exporter des masques. Le gouvernement canadien a répliqué que des biens et services traversent la frontière dans les deux sens et que personne ne gagnerait à freiner ce commerce.

Justin Trudeau a révélé ne pas avoir parlé directement avec le président Trump, mais croit pouvoir le faire dans les prochains jours.

«On est en train de faire tout ce qui est nécessaire pour régler ce différend de la bonne façon parce qu’on sait que c’est essentiel», a répondu le premier ministre.

Semblant un brin agacé par cette controverse, il a clos le sujet en ajoutant : «Moi, ma job, c’est de travailler avec les Américains, avec nos alliés à travers le monde pour bien servir les Canadiens et c’est exactement ce que je vais toujours faire».

Au cours de sa propre conférence de presse, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a fait savoir que plusieurs actions ont été prises pour éviter une pénurie d’équipements médicaux.

Elle a notamment insisté sur la mobilisation en vue d’accélérer la production intérieure de masques. Des recherches sont aussi en cours pour trouver un moyen sécuritaire de désinfecter les masques rigides de type N-95 pour pouvoir les réutiliser.

La science évolue, dit Dre Tam

Dans son message aux citoyens, la Dre Theresa Tam a prévenu que ses recommandations pourraient être appelées à changer rapidement.

«Nos actions doivent être plus rapides que parfaites lorsque l’inaction risque de nous coûter cher», a résumé en français le sous-administrateur en chef de la santé publique, Dr Howard Njoo.


« Moi, ma job, c’est de travailler avec les Américains, avec nos alliés à travers le monde pour bien servir les Canadiens et c’est exactement ce que je vais toujours faire »
Justin Trudeau

Celui-ci tenait à justifier l’importance de se répéter «comme un perroquet» en insistant sur le lavage des mains et la pratique de l’éloignement physique à deux mètres des autres.

La Dre Tam a partagé avoir consulté de nouvelles données scientifiques précisant que les personnes infectées pourraient être contagieuses deux à trois jours avant de présenter des symptômes de la COVID-19. Ce qui pourrait entraîner de nouvelles pratiques de prévention surtout dans les résidences pour personnes âgées et de soins de longue durée.

Plus tôt, en matinée, une capsule vidéo a été diffusée dans laquelle Justin Trudeau et l’administratrice en chef de la Santé publique, la Dre Theresa Tam, répondaient aux questions des enfants de partout au Canada afin de les informer et de les rassurer.

Parlement virtuel

Parmi les autres annonces de la journée, le leader du gouvernement aux Communes, Pablo Rodriguez, a dévoilé une lettre demandant au président de la chambre d’évaluer la possibilité de siéger à distance.

«J’aimerais obtenir des conseils et de l’aide en ce qui concerne la capacité de l’administration de la Chambre des communes à tenir des séances virtuelles», peut-on lire dans le document mis en ligne sur Twitter.

Tous les partis d’opposition ont appuyé l’idée et sont prêts à négocier l’encadrement de la procédure.

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, a ajouté sa voix à la demande dans sa propre lettre adressée au président Antony Rota.

Le Bloc souhaite que les élus aient un «un espace de discussion» pour faire des propositions au gouvernement afin de traverser cette crise sanitaire qui s’accompagne inévitablement d’une crise économique.

Le Bloc suggère un parlement virtuel non décisionnel. Pour simplifier le processus, on propose de reproduire la formule de convoquer un nombre restreint de députés en respectant le poids de chaque parti.

Le porte-parole conservateur en matière de finances, Pierre Poilievre, a dit que son parti est tout à fait disposé à collaborer pour permettre aux divers comités de se réunir par visioconférence ou par conférence téléphonique.

Le leader néo-démocrate, Peter Julian, confirme lui aussi l’appui de son parti à une telle initiative.

Aide internationale et transport

La ministre du Développement international, Karina Gould, a annoncé une bonification de l’aide internationale de 109,5 millions $ dans la lutte contre la pandémie. Un montant qui s’ajoute aux 50 millions $ annoncés le mois dernier.

De cette somme, 40 millions $ seront versés à la coalition internationale de scientifiques chargés de mettre au point un vaccin contre le virus SRAS-CoV-2 qui cause la maladie à COVID-19.

De plus, le ministre des Transports, Marc Garneau, avait lui une annonce dominicale pour les navigateurs. Dès lundi, les services essentiels de traversiers et de transport de passagers doivent réduire leur capacité de 50 %.

Les transports de passagers par bateau non essentiels seront désormais limités à 12 passagers. Il sera aussi interdit aux bateaux de croisière de circuler dans les eaux arctiques canadiennes.

D’autres mesures d’hygiène sont renforcées, dont l’obligation d’évaluer l’état de santé des passagers avant l’embarquement.

Bilan au Canada

Les plus récentes données au Canada font état de 15 512 cas présumés ou probables de COVID-19 au pays, dont 280 décès.

Par province, on retrouve dans l’ordre le Québec 7944 cas, dont 94 décès, l’Ontario avec 4038 cas, dont 119 décès, l’Alberta avec 1250 cas, dont 23 décès, la Colombie-Britannique avec 1203 cas, dont 38 décès, la Nouvelle-Écosse avec 262 cas, la Saskatchewan avec 249 cas, dont trois décès, Terre-Neuve-et-Labrador avec 217 cas, dont un décès, le Manitoba avec 203 cas, dont deux décès, le Nouveau-Brunswick avec 101 cas, l’Île-du-Prince-Édouard avec 22 cas, le Yukon avec six cas et les Territoires du Nord-Ouest avec quatre cas.

À ce portrait des provinces et territoires s’ajoutent 13 cas confirmés chez des Canadiens rapatriés.