Le président de la Formule 1 Chase Carey    
Le président de la Formule 1 Chase Carey    

La F1 «vise» un début de saison en Autriche en juillet

PARIS - Le Grand Prix de France annulé, la saison 2020 de Formule 1 devrait débuter le 5 juillet en Autriche, sur le Red Bull Ring de Spielberg (centre), probablement «sans spectateurs», a annoncé son PDG Chase Carey lundi.

Cet éclaircissement est intervenu quelques minutes après les annonces de l’annulation de la manche française, qui aurait dû avoir lieu le 28 juin sur le circuit Paul Ricard du Castellet (sud-est), et de la tenue à huis clos du GP de Grande-Bretagne à Silverstone (Angleterre) s’il est maintenu le 19 juillet.

«Nous visons un début des courses en Europe en juillet, août et début septembre, la première se déroulant en Autriche le week-end du 3 au 5 juillet», a indiqué Carey dans un communiqué.

«En septembre, octobre et novembre, nous devrions courir en Eurasie, en Asie et aux Amériques et terminer la saison dans le Golfe en décembre avec Bahreïn avant la traditionnelle finale à Abou Dhabi, après avoir effectué entre 15 et 18 Grands Prix», estime-t-il.

«Nous nous attendons à ce que les premières courses se déroulent sans spectateurs», en raison des risques présentés par la pandémie de nouveau coronavirus, ajoute le dirigeant.

Un calendrier remanié de la saison, qui aurait dû débuter à Melbourne le 15 mars et se terminer à Abou Dhabi le 29 novembre, sera diffusé «dès que possible». «Nous devons encore régler de nombreuses questions, comme les procédures d’entrée et de fonctionnement pour les écuries et nos autres partenaires dans chaque pays», explique Carey.

«De plus en plus confiant»

La tenue du GP de Belgique le 30 août à Spa-Francorchamps, notamment, est compromise, suite à la décision du gouvernement d’interdire les évènements de masse jusqu’au 31 août.

Aux Pays-Bas, qui devaient accueillir leur première course de F1 depuis 35 ans dans la ville côtière de Zandvoort le 3 mai, cette interdiction court jusqu’au 1er septembre.

Les dix premiers GP de 2020 ont été annulés (Australie, Monaco, France) ou reportés sine die (Bahreïn, Vietnam, Chine, Pays-Bas, Espagne, Azerbaïdjan, Canada).

La trêve estivale, normalement en vigueur en août, a été avancée aux mois de mars-avril-mai, à la fois pour limiter les dépenses des écuries en période de confinement et reprogrammer des GP à cette période.

L’idée d’organiser plusieurs courses sur un même circuit a également été avancée, ce pour quoi le Red Bull Ring comme Silverstone se sont positionnés.

«De plus en plus confiant quant à l’avancement de nos plans pour commencer notre saison cet été», Carey précise tout de même que «nous n’avancerons que si nous sommes convaincus de disposer de procédures fiables pour traiter les risques et les potentiels problèmes» en matière de santé et de sécurité.

«Derrière des portes closes»

Un peu plus tôt, l’organisateur du Grand Prix de France avait confirmé l’«impossibilité de maintenir» l’évènement, «en raison des déclarations du président de la République française visant à interdire les grands événements jusqu’au milieu du mois de juillet au minimum et à maintenir la fermeture de l’espace Schengen jusqu’à nouvel ordre».

Pour ce qui est du Grand Prix de France moto au Mans (ouest), dont le report était «toujours à l’étude» mi-avril, son promoteur espérait «pouvoir prendre une décision au 15 mai».

Les 24 Heures du Mans, finale mythique du Championnat du monde d’endurance (WEC), ont été reportées aux 19 et 20 septembre.

Dernière annonce de lundi, «je suis extrêmement déçu de vous dire que nous ne sommes pas en mesure d’organiser le Grand Prix de Grande-Bretagne devant les amateurs cette année à Silverstone», a pour sa part fait savoir le directeur du circuit, Stuart Pringle. «Nous travaillons maintenant (...) sur la viabilité d’un évènement derrière des portes closes.»