Très durement touché par l’épidémie de maladie Covid-19 qui y a fait plus de 32 000 mots en trois mois, la péninsule a accéléré son déconfinement cette semaine, avec la réouverture de nombreux commerces, bars et restaurants. Piscines et clubs de gym seront en théorie de nouveau accessibles la semaine prochaine.
Très durement touché par l’épidémie de maladie Covid-19 qui y a fait plus de 32 000 mots en trois mois, la péninsule a accéléré son déconfinement cette semaine, avec la réouverture de nombreux commerces, bars et restaurants. Piscines et clubs de gym seront en théorie de nouveau accessibles la semaine prochaine.

Italie: les Romains de retour à la plage, mais pas encore sur les transats

FREGENE — Après plus de deux mois d’enfermement chez eux pour cause d’épidémie de nouveau coronavirus, les Romains sont de retour sur leurs plages régionales ce weekend. Ils peuvent faire du sport, marcher, nager, mais pour le moment, interdiction de poser sa serviette au sol... et la police veille!

Sous un beau ciel de printemps ensoleillé, ils sont des centaines de promeneurs samedi, en couple, en famille ou avec un chien en laisse, à profiter de la plage de Fregene, sur la côte du Latium, a constaté une journaliste de l’AFP.

Quelques-uns s’ébrouent tout sourire dans l’eau, les plus sportifs se lancent dans des longueurs de brasse ou de crawl. Paddles et scooters des mers sont de retour sur les flots, avec en toile de fond les kitesurfs au parachute gonflé par le vent.

Iode et spaghetti

Les badauds les plus audacieux se posent en maillot de bain sur leur serviette, le temps d’un bain de soleil. Le temps aussi qu’un policier municipal et des fonctionnaires locaux aux gilets fluo viennent tranquillement leur rappeler qu’il est interdit de s’allonger sur le sable avant la réouverture complète des plages dans la région, le 29 mai. Tout cela dans la bonne humeur et la joie manifeste de la liberté retrouvée.

«J’avais tellement hâte, la mer m’a tellement manqué... Respirer un peu d’iode, mettre les pieds dans le sable, dans l’eau, manger un petit plat de spaghetti! Ça me suffit», sourit Arianna Tucci, habitante de Rome arrivée le matin même à la faveur du weekend.

«Je ne sais si pas on sera en mesure de voyager à l’étranger cet été. Hé bien sinon, on passera nos vacances ici! Cela fait longtemps que cela ne nous est pas arrivé et il y a tellement de beaux endroits en Italie!», explique-t-elle.

«Ça a été un peu difficile pour tout le monde, mais je pense qu’on a été sérieux. On est en train de sortir» de la crise du Covid-19, veut-elle croire.

«La mer, c’est quelque chose que vous pouvez vivre seul, sans personne! Après toutes ces journées passées enfermés à la maison, c’est la plus belle expérience à faire pour reprendre la sensation de liberté. Et aussi être relax!», se félicite Angelo Sabatino, professeur à Rome.

À l’exception des policiers municipaux, très peu de badauds portent des masques chirurgicaux, dont certains, manifestement usagés, gisent déjà jetés sur le sable brun.

Très durement touché par l’épidémie de maladie Covid-19 qui y a fait plus de 32 000 mots en trois mois, la péninsule a accéléré son déconfinement cette semaine, avec la réouverture de nombreux commerces, bars et restaurants. Piscines et clubs de gym seront en théorie de nouveau accessibles la semaine prochaine.

Ordre dispersé

L’accès aux plages et surtout leurs activités économiques est autorisé, mais varie d’une région à l’autre et se fait donc en ordre dispersé, avec comme principe commun d’imposer un minimum de distanciation sociale pour éviter les attroupements et prévenir la transmission du virus.

Selon un décret du gouvernement entré en vigueur le 18 mai, il faut au moins 10m2 autour de chaque parasol (en pratique 3 à 3,50 mètres entre parasols), 1,5 mètre entre les transats ou les serviettes. Les jeux d’équipe ou de plage comme comme le beach-volley sont proscrits, mais les activités sur l’eau (surf, windsurf, etc.) sont autorisées.

Les plages sont déjà ouvertes en Ligurie (Nord-Ouest), en Vénétie (Nord-Est). Elles sont accessibles depuis ce samedi en Emilie-Romagne, en Toscane (centre), ainsi qu’en Campanie (Naples et ses îles) pour les plages publiques comme privées.

«Moi je ne suis pas inquiet, car les dispositions précisent bien que le masque n’est obligatoire que dans les espaces fermés, ce n’est pas obligatoire à l’extérieur. L’important c’est de respecter le mètre de distance», assure Angelo.

«Les gens qui sont côte à côte sur la plage, c’est parce qu’ils sont de la même famille, qu’ils vivent ensemble et donc que ça ne pose pas de problème», suppose-t-il.