Isoler le Lac-Saint-Jean: le maire Pascal Cloutier persiste et signe

Au lendemain de sa déclaration, le maire de Dolbeau-Mistassini Pascal Cloutier est encore d’avis qu’il serait préférable de limiter les déplacements entre les sous-régions du Lac-Saint-Jean et du Saguenay.

En entrevue avec Le Quotidien, Pascal Cloutier a réitéré ses propos lancés la veille lors de la séance du conseil municipal tenue lundi soir.

« Présentement, je sais qu’il y a des gens qui se déplacent entre les régions pour aller magasiner et ça, ce n’est pas obligatoire. C’est pour ça que je me demande si on ne serait pas rendu à isoler le Lac du Saguenay, dans le sens de mettre un point de contrôle où les gens seraient interceptés et questionnés pour connaître les raisons de leurs déplacements vers le Saguenay ou vers le Lac. »

Selon le premier magistrat, les consignes sont claires : « Si les déplacements ne sont pas obligatoires, ce n’est pas compliqué, il faut rester chez soi ».

Achat local

Le maire dolmissois y voit là aussi une belle occasion de privilégier l’achat local, un enjeu économique important en ces temps de crise.

« On veut encourager l’achat local, donc c’est le bon temps pour le faire. On a tout ce qu’il faut ici. Il n’y a rien d’obligatoire pour aller magasiner au Costco absolument ! Ici, on a des épiceries, des pharmacies, des quincailleries, bref on a tout. Il n’y a pas de raison que les gens aient à se déplacer ailleurs. »

MRC Maria-Chapdelaine

Même si la MRC Maria-Chapdelaine est encore épargnée par la pandémie, le préfet Luc Simard ne croit pas que la région devrait être isolée du Saguenay, du moins pas pour l’instant.

« Je pense que les mesures actuelles conviennent très bien. Le CIUSSS a pris une bonne direction à date, mais il faut quand même garder toutes les options sur la table et ça, je n’en démords pas. Je pense que ça peut aussi être une option viable, mais on va suivre le développement de la pandémie. C’est là que l’on pourra prendre les décisions, mais pour l’instant, je ne pense pas que ce soit nécessaire. »

Actuellement, le bilan du Saguenay-Lac-Saint-Jean se chiffre à 103 cas confirmés et jusqu’à maintenant, c’est le Saguenay qui est le plus durement touché, avec trois foyers d’éclosion déclarés.

« Les foyers d’éclosion sont très localisés à Saguenay et je pense que c’est quand même bien contrôlé pour l’instant. »

MRC du Domaine-du-Roy

À l’instar de son homologue dans Maria-Chapdelaine, le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy Yannick Baillargeon préfère avoir confiance dans les décisions prises par les autorités médicales régionales. Il ne ferme toutefois pas la porte à d’éventuelles mesures supplémentaires plus restrictives.

« Pour l’instant on va se fier aux experts. Je pense que le Dr (Donald) Aubin a déjà une bonne idée de ce que cela peut représenter et il a mentionné qu’il ne voyait pas de bénéfices en ce moment à faire ce genre de choses là, car les foyers d’éclosion sont souvent dans les maisons de personnes âgées et les CHSLD. En revanche, il ne faut pas fermer la porte à rien, car ça évolue tellement vite que l’on ne sait pas demain matin de quoi ça va avoir l’air. »

Roberval

Pour le maire de Roberval Sabin Côté, les consignes émises par la Santé publique sont claires et doivent être respectées.

« Pour ma part, les consignes gouvernementales sont déjà orientées vers la limitation des déplacements intrarégions et intermunicipales, et c’est même suggéré à la rigueur de limiter entre les quartiers, mais c’est plus ou moins faisable dans nos villes et villages. Les recommandations sont déjà là et l’intervention du maire de Dolbeau-Mistassini vient dans le sens qu’il y a encore des gens qui ne respectent pas ces consignes-là et qu’ils vont à leur chalet parce qu’ils y voient moins de risques ou qu’ils vont magasiner parce que cela les divertit. »

Sabin Côté avoue tout de même avoir une responsabilité à assumer en tant qu’élu. « Ce que j’ai à faire comme élu est de rappeler qu’il faut limiter ses déplacements à ceux essentiels. Je comprends qu’il y a des gens de Roberval qui doivent aller à Alma pour travailler, mais si c’est pour aller magasiner, ce n’est pas conseillé. »

Par ailleurs, il a profité de la dernière séance publique du conseil de ville pour rappeler le tout à ses citoyens.

« Les communautés qui seront le moins affectées sur le plan sanitaire seront celles qui vont être les plus enclines à redémarrer rapidement leur économie locale, donc pouvoir retourner à leur vie normale. »