Des «partys» à l'origine de 16 nouveaux cas de COVID-19 à Québec

Deux rassemblements privés sont à l’origine de 16 nouveaux cas. Ces personnes infectées ont côtoyé plus d’une quarantaine de personnes, selon le CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Ces 16 cas ont été confirmés durant la fin de semaine, donc tout porterait à croire que les rassemblements ont eu lieu au courant de la semaine dernière, selon Mathieu Boivin, porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

M. Boivin assure que l’enquête épidémiologique a été déclenchée dans les 24 heures suivant le premier cas détecté. «Chaque fois qu’il y a un cas positif, on parle avec cette personne et on lui demande avec qui elle a été en contact.»

La quarantaine de personnes ayant été en contact avec les personnes infectées ont été dépistées, confirme le porte-parole.

Lundi, on enregistrait 20 nouveaux cas positifs, dont 16 liés à une transmission communautaire. Ces 16 cas sont donc liés à ces deux rassemblements privés.

Sensibiliser les jeunes

En début de semaine, Québec lançait une campagne visant à sensibiliser les jeunes au port du masque et aux mesures sanitaires et de distanciation sociale. Cette campagne a été déployée dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Depuis le déconfinement, le CIUSSS de la Capitale-Nationale remarque une hausse de la transmission chez les jeunes. «Que ce soit des partys piscine ou autre, les rassemblements demeurent des vecteurs importants de la COVID-19», rappelle M. Boivin.

Mercredi, le CIUSSS de la Capitale-Nationale invitait les jeunes à respecter les mesures sanitaires. Dans un communiqué, Jacques Girard, adjoint médical au directeur de santé publique du CIUSSS de la Capitale-Nationale, rappelle les risques de contracter le virus. «Malheureusement, la COVID-19 ne fait pas bon ménage avec les partys et peut avoir des conséquences énormes aussi sur la vie d’un adolescent et de ses proches. Personne n’a envie de perdre le goût ou l’odorat, de se priver de sorties, d’annuler ses vacances ou même de perdre son emploi d’été à la suite d’une imprudence.» 

M. Girard invite d’ailleurs «tous les parents et amis à discuter aujourd’hui de ces risques et impacts importants dans leur vie et celle de leur famille».