Au moins une entreprise a vu le jour dans la foulée du Défi « Fait en Estrie », organisé par Créatek, l’Institution interdisciplinaire d’innovation technologique et l’Université de Sherbrooke.
Au moins une entreprise a vu le jour dans la foulée du Défi « Fait en Estrie », organisé par Créatek, l’Institution interdisciplinaire d’innovation technologique et l’Université de Sherbrooke.

Défi «Fait en Estrie»: des masques prêts à être livrés

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Au moins une entreprise a vu le jour dans la foulée du Défi « Fait en Estrie », organisé par Créatek, l’Institution interdisciplinaire d’innovation technologique et l’Université de Sherbrooke.

L’équipe Horus, l’une des lauréates du concours, est entrée en phase de prototypage et a procédé à divers tests dans l’optique de proposer une solution fiable, efficace, accessible et écoresponsable à la population québécoise.

À LIRE AUSSI: Masques faits en Estrie: de nombreux étudiants répondent à l’invitation

L’UdeS lance le défi masques faits en Estrie

Rappelons que le but du défi était de développer un concept de masque de procédure simple et facile à fabriquer localement, à grande échelle, avec des matériaux accessibles pour protéger en priorité le personnel de la santé et le personnel des résidences pour personnes âgées, mais aussi les autres travailleurs et citoyens. 

«Notre entreprise en démarrage, créée en quelques jours et composée majoritairement d’étudiantes et étudiants de l’Université de Sherbrooke, vient tout juste de lancer la production de deux types de masques : un modèle de base et un modèle haute performance. Nos produits peuvent être livrés partout au Canada et sont disponibles en précommande depuis quelques jours», commente Hélène Maillé, responsable des communications chez Horus.

«Après l’annonce des lauréats, notre entreprise a été créée en quelques jours. Nos produits peuvent être livrés partout au Canada et sont disponibles en précommande depuis quelques jours.  »

Le 8 avril dernier, Créatek, l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique et l’Université de Sherbrooke ont lancé le Défi « Fait en Estrie » afin de développer un concept de masque simple et facile à fabriquer à grande échelle. L’équipe de Horus s’est vu décerner l’une des quatre bourses offertes par le jury du défi.  

Après avoir entendu les commentaires du jury et amélioré le prototype, l’entreprise a envoyé différents échantillons à plusieurs professionnels du corps médical pour tester le produit. Leurs commentaires sur le tissu, le type d’attache, le confort, le design et plusieurs autres paramètres ont été recueillis afin de proposer un masque qui corresponde à leurs besoins et à leurs attentes.  

« En tenant compte de toutes ces informations, Horus a décidé de mettre en marché un masque de base composé à 95 % de polyester et 5 % de spandex, a expliqué Mme Maillé.

«Ce choix de fibre textile n’est pas anodin : en plus d’être assez épais pour empêcher la transmission de particules, le tissu est flexible et offre une meilleure respirabilité que d’autres fibres présentes sur le marché, afin d’assurer qualité et confort, tel que défini dans la promesse de l’organisation.  Ce sont donc des avantages non négligeables avec la saison estivale qui arrive! » Le tout est lavable à l’eau chaude et réutilisable, Horus désirant fournir une solution accessible et écoresponsable. La production a d’ailleurs été lancée au courant de la semaine dernière et la prise de commandes est désormais possible. »

Par ailleurs, la jeune entreprise avait proposé au jury du défi « Fait en Estrie » un modèle plus performant fabriqué avec un tissu technologique aux propriétés antibactériennes. Ce dernier demeure disponible, toutefois uniquement pour les commandes de grosses quantités. Toute personne intéressée peut contacter l’entreprise pour les détails ou visiter son site web.   

Que ce soit au niveau de la conception, de la production ou de la distribution, Horus s’est tournée vers le savoir-faire estrien. C’est pourquoi la production du masque a été confiée à un chef de file estrien dans la fabrication de produits textiles. La distribution, quant à elle, est assurée par Horus et quelques partenaires québécois.  

Certains membres de l’organisation se penchent spécifiquement sur l’amélioration constante du produit, par l’entremise d’un groupe de recherche et développement. Ces derniers effectuent notamment des tests de filtration dans l’optique de garantir une qualité de produit supérieure.