Pascal Cloutier, maire de Dolbeau-Mistassini.
Pascal Cloutier, maire de Dolbeau-Mistassini.

Déconfinement des régions: avis partagés au Lac-Saint-Jean

Les préfets des MRC Maria-Chapdelaine et du Domaine-du-Roy voient d’un bon oeil la fin du déconfinement lorsque les policiers lèveront les barrages routiers aux entrées du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le 11 mai.

Interrogés par Le Quotidien, les deux préfets partagent sensiblement le même avis.

Du côté de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard croit que cette mesure sera bonne pour plusieurs raisons. « Je pense que c’est une bonne nouvelle. L’activité économique va revenir et je pense que c’est juste positif. »

Cette ouverture ne l’inquiète pas outre mesure, même si cela implique que des gens de l’extérieur viennent dans la région. « Je pense que les gens ont pris des bonnes habitudes et qu’ils sont conscients de ça. Ces habitudes-là devraient perdurer dans les prochains mois, alors je n’ai pas vraiment de craintes. »

Son homologue de la MRC du Domaine-du-Roy, Yanick Baillargeon, croit lui aussi qu’il s’agit d’une bonne nouvelle et qu’elle était attendue par la population.

« On s’y attendait, surtout avec ce qui avait été annoncé en début de la semaine (réouverture des chantiers de construction en génie civil, des entreprises manufacturières et des magasins avec un accès à l’extérieur). On est content de faire partie des premières vagues. »

Yanick Baillargeon, préfet de la MRC du Domaine-du-Roy.

À l’instar du préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, cette annonce ne l’inquiète pas, même si la région est somme toute épargnée par la transmission communautaire.

« Il faut avancer. Il faut encore respecter les consignes et s’assurer que les citoyens continuent à le faire. »

Dolbeau-Mistassini

Pour sa part, le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, croit qu’il n’y avait pas urgence d’agir de la sorte.

« Ça ne pressait pas. Je suis le premier à dire qu’il fallait permettre à nos commerces d’ouvrir à nouveau et je n’ai pas de problème avec ça. Pour le déconfinement des régions, est-ce que ça pressait vraiment d’enlever les barrières entre elles ? Non, je ne pense pas qu’il y avait urgence de le faire. »

Le premier magistrat croit même qu’il en aurait dû être tout autrement. « On aurait dû laisser les régions comme ça. On est capable de s’autosuffire à même la région et de faire nos affaires pareil. Rendu là, ce n’est pas ma décision. »

Rappelons que selon l’annonce faite par la vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, le plan de déconfinement se fera graduellement et les dates prévues changent d’une région à l’autre.

Certains points de contrôle policier seront levés dès la semaine prochaine, alors que d’autres seront retirés le 11 mai, comme c’est le cas pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour d’autres régions comme le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie, cette mesure s’appliquera seulement le 18 mai.