Cineplex détient environ 75 % du marché canadien des cinémas à travers le pays.
Cineplex détient environ 75 % du marché canadien des cinémas à travers le pays.

COVID-19: pas de cinéma dans un avenir rapproché, annonce Cineplex

TORONTO — Le plus grand exploitant de cinémas au Canada, Cineplex, gardera ses salles fermées à l’échelle nationale dans un avenir prévisible en raison de la pandémie de COVID-19.

Un représentant de la société a expliqué que Cineplex se tournerait vers les autorités gouvernementales et de santé publique avant de changer cet état des choses. La société s’était initialement donné jusqu’au 2 avril pour envisager la réouverture de ses 165 cinémas.

La décision intervient alors que les provinces adoptent leurs propres fermetures obligatoires d’entreprises non essentielles, en fonction de calendriers qui diffèrent d’une province à l’autre.

Cineplex détient environ 75 % du marché canadien des cinémas à travers le pays.

La société doit en outre composer avec un certain nombre de facteurs sur lesquels elle n’a aucun pouvoir, notamment une pénurie potentielle de superproductions des studios hollywoodiens jusqu’à la fin de l’été et une prise de contrôle dont la conclusion pourrait être plus difficile.

La sortie de bon nombre de films, certains parmi les plus attendus de l’année, a été repoussée ces dernières semaines. Sony a notamment reporté la sortie de Ghostbusters: Afterlife au mois de mars de l’an prochain et Disney a retardé celle du film de superhéros de Marvel, Black Widow, sans préciser de date.


« Cineplex continuera de suivre l’exemple du gouvernement et des autorités de santé publique, et nous rouvrirons nos cinémas et lieux de divertissement à travers le Canada quand ils nous diront que cela est sécuritaire. »
Sarah Van Lange, porte-parole de l'entreprise

Cineplex se retrouve ainsi dans une situation difficile, puisqu’elle suit le processus qui doit la voir rachetée par la britannique Cineworld PLC pour 2,8 milliards $. L’offre est toujours assujettie à diverses conditions qui doivent être remplies d’ici le 30 juin, y compris l’approbation de la Loi sur Investissement Canada.

Cineplex a reconnu à la mi-mars que certaines de ces conditions n’étaient toujours pas remplies et que la COVID-19, et les efforts du gouvernement pour la contrer, avaient rendu la «planification des activités incertaine pour les industries du spectacle et du divertissement hors domicile».

L’une des conditions de l’acquisition est que Cineplex maintienne sa dette en dessous de 725 millions $, un défi qui pourrait se révéler plus difficile puisqu’elle continue de payer le loyer, le personnel et diverses autres dépenses opérationnelles malgré la fermeture des salles.

«Cineplex continuera de suivre l’exemple du gouvernement et des autorités de santé publique, et nous rouvrirons nos cinémas et lieux de divertissement à travers le Canada quand ils nous diront que cela est sécuritaire», a affirmé la porte-parole de Cineplex, Sarah Van Lange, dans un communiqué.

Cineplex exploite également des complexes de divertissement, soit les enseignes Rec Room et Playdium, qu’elle a fermés le 16 mars, en même temps que ses salles de cinéma.