Justin Trudeau en conférence de presse à Ottawa, mardi
Justin Trudeau en conférence de presse à Ottawa, mardi

COVID-19: Ottawa travaille pour éviter la pénurie de matériel médical [VIDÉO]

OTTAWA - Le gouvernement canadien travaille avec acharnement pour mettre la main sur suffisamment de matériel médical - il vient de commander 30 000 respirateurs «faits au Canada» - mais il n’a toujours pas réussi à obtenir de garanties de la part de Washington.

Ces derniers jours, le gouvernement américain a compliqué des livraisons de masques destinées au nord de sa frontière.

Mardi matin, Justin Trudeau s’est dit rassuré par la conclusion du problème lié à la compagnie 3M. Mais cela ne semble rien garantir pour l’avenir.

«C’est des bonnes nouvelles que les envois de 3M sont en train d’arriver, mais nous devons continuer de travailler pour s’assurer que l’administration américaine comprenne à quel point c’est dans notre intérêt à nous deux de continuer le libre-échange de biens et matériaux essentiels pendant ce moment difficile», a offert le premier ministre, en point de presse.

Autosuffisance

Quant à savoir à quel moment le Canada pourra devenir autosuffisant en matériel médical lié à la COVID-19, le gouvernement fédéral ne peut rien préciser. «Notre stratégie est claire: acheter, acheter, acheter et bâtir, bâtir, bâtir», a seulement répondu le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, à la conférence de presse quotidienne des ministres du gouvernement fédéral.

Le ministre Bains ne pouvait pas non plus offrir une date précise pour la livraison des 30 000 respirateurs qui seront fabriqués au pays. «Ce sera une question de semaines, pas de mois», a-t-il dit.

Le premier ministre Trudeau, lui, brandissait ces 30 000 respirateurs pour rassurer les Canadiens qui s’inquiètent que le pays manque de matériel essentiel en ces temps de pandémie.

«Certainement que 30 000 ventilateurs, c’est un gros chiffre. On espère que ça va être beaucoup plus que suffisant. Ce serait de très mauvais scénarios (si) on se retrouve dans des situations où on a besoin d’autant de ventilateurs», a fait remarquer M. Trudeau.


« Notre stratégie est claire : acheter, acheter, acheter et bâtir, bâtir, bâtir »
Le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains

Il espère que l’excédent sera éventuellement exporté vers des pays qui en auront alors besoin.

En plus d’annoncer la fabrication locale prochaine de ces 30 000 respirateurs, le gouvernement fédéral a dressé une liste de ses achats récents: plus de 230 millions de masques chirurgicaux dont 16 millions ont déjà été reçus, environ 75 millions de masques N95 dont 2,3 millions attendus avant dimanche, 113 000 litres de désinfectant à main dont 20 000 litres livrés dans les 24 dernières heures et 10 000 litres de plus livrés avant la fin de cette semaine.

Porter ou pas un masque non médical

Manifestement insatisfaite de la façon dont le conseil de porter un masque non médical a été présenté lundi, l’administratrice en chef de l’Agence de la santé publique du Canada, Theresa Tam, est revenue sur le sujet mardi.

Elle a dit à nouveau que de vous couvrir la bouche et le nez, avec un masque non médical, dans des circonstances où vous ne pouvez pas garantir assez de distance avec les autres, protège ces autres de vos propres gouttelettes respiratoires.

Puis, elle a ajouté un avertissement: les jeunes enfants de moins de deux ans ainsi que les personnes qui ont des troubles respiratoires, qui sont inconscientes, ou qui sont incapables de retirer un masque par elles-mêmes ne devraient pas porter pareil masque.

Rapatriement des Canadiens

Le rapatriement de Canadiens coincés à l’étranger se poursuit.

Lundi et mardi, des citoyens ont pu rentrer du Nigéria, d’Ukraine, de l’Inde et de Tritinié-et-Tobago.

Les voyageurs sur des bateaux de croisière continuent d’occuper le ministère d’Affaires mondiales. La compagnie Holland a assuré le retour de 100 Canadiens à Toronto, lundi. Ottawa surveille encore la situation de six navires ayant à leur bord 48 touristes et huit membres d’équipage canadiens. On n’a rapporté aucun cas de Canadien malade à bord de ces six bateaux.

Depuis le début de la pandémie, le ministre François-Philippe Champagne souligne que tous les Canadiens ne pourront pas être rapatriés.

Ils sont encore plus de 370 000 Canadiens à s’être inscrits comme se trouvant à l’étranger. Presque 900 de ces expatriés par la force des choses ont reçu des prêts d’urgence de 5000 $ ou moins. Ottawa a ainsi distribué 2,9 millions $ et traite encore environ 1800 demandes de prêt.

Nombre de cas

Il y a 17 897 cas confirmés et probables décelés par les tests administrés au Canada. La maladie à COVID-19 a provoqué jusqu’à maintenant la mort de 381 Canadiens.

Distribution des cas au pays, selon les plus récents bilans provinciaux et territoriaux disponibles : 9340 cas au Québec, dont 150 décès; 4726 cas en Ontario, dont 153 décès; 1373 cas en Alberta, dont 26 décès; 1291 cas en Colombie-Britannique, dont 43 décès; 310 cas en Nouvelle-Écosse, dont un décès; 260 cas en Saskatchewan, dont trois décès; 228 cas à Terre-Neuve-et-Labrador, dont deux décès; 217 cas au Manitoba, dont trois décès; 105 cas au Nouveau-Brunswick; 22 cas à l’Île-du-Prince-Édouard; sept cas au Yukon; cinq cas dans les Territoires-du-Nord-Ouest; aucun cas au Nunavut.

À ces bilans provinciaux et territoriaux s’ajoutent les 13 cas chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars.