COVID-19: éclosion dans le personnel de l'Hôpital Montfort

L’Hôpital Montfort a annoncé mardi que des membres de son personnel ont contracté la COVID-19.

L’établissement de soins soutient qu’une enquête est en cours pour connaître la source de transmission du nouveau coronavirus à ces travailleurs qui sont en isolement, à leur domicile respectif.

«Des mesures de précautions très étendues sont déjà en place», rappelle l’Hôpital Montfort dans une déclaration écrite, pour rassurer ses patients et leurs proches.

L’établissement soutient que tous les membres du personnel et tous les patients qui présentent des symptômes de la COVID-19 subissent rapidement un test de dépistage. Les employés doivent quitter l’hôpital immédiatement et les patients sont placés en isolement.

«Toute personne qui aurait été en contact non protégé avec une personne qui a par la suite reçu un diagnostic positif de COVID-19 sera contactée, soit par l’Hôpital Montfort ou par Santé publique Ottawa», indique également l’établissement.

Les visites sont également interdites à l’Hôpital Montfort — à quelques exceptions près pour des raisons de compassion — pour limiter la propagation du nouveau coronavirus.

Assez d’équipement?

Dans sa seule communication sur le sujet mardi, l’Hôpital Montfort n’a pas dévoilé combien d’employés ont été testés positivement à la COVID-19, ni dans quel département ces gens travaillaient.

La présidente-directrice générale de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (AIIAO), Doris Grinspun, affirme que les employés du milieu de la santé sont généralement inquiets lorsqu’ils voient un de leurs collègues contracter le nouveau coronavirus. Elle soutient qu’un plus grand nombre de professionnels devraient avoir accès à des masques.

«C’est simple, ça devrait être universel, soutient Mme Grinspun. Tout le monde devrait porter un masque chirurgical.»

La porte-parole de l’AIIAO estime que le principe de précaution — élaboré après l’épidémie du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003 — devrait s’appliquer à la situation actuelle.

«On le demande depuis le début, c’est un nouveau virus et on le connaît peu. Il n’y a pas de chance à prendre, lance Doris Grinspun. Il n’est jamais trop tard pour commencer, on doit appliquer le principe de précautions.»

Dans la région de la capitale fédérale, le chef des interventions d’urgence en santé de la région de Champlain, Andrew Willmore, indique que le réseau de la santé suit les recommandations du gouvernement provincial pour identifier les circonstances où le port de masques et autre équipement de protection est nécessaire, de façon à éviter une pénurie.

«Pour l’instant, ça va, nous avons assez d’équipement, mais il faut être attentif», dit le Dr Willmore.

Ce dernier reconnaît qu’il y a un risque à ce que certains employés ne puissent porter de matériel de protection en tout temps, mais qu’il s’agit d’un risque calculé alors que l’approvisionnement demeure difficile.