En ce dimanche de Pâques, le premier ministre Justin Trudeau a pris congé. Il ne doit pas non plus faire de sortie publique lundi.
En ce dimanche de Pâques, le premier ministre Justin Trudeau a pris congé. Il ne doit pas non plus faire de sortie publique lundi.

Congé de Pâques au lendemain de l’adoption d’une loi fédérale d’aide économique

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a pris congé dimanche de Pâques. M. Trudeau s’est contenté de messages vidéos sur ses réseaux sociaux, présentant ses voeux à ceux qui célèbrent Pâques.

M. Trudeau s’est contenté de messages vidéos sur ses réseaux sociaux, présentant ses voeux à ceux qui célèbrent Pâques.

Il n’annonçait pas non plus de sortie publique lundi.

Les ministres fédéraux, disponibles tous les jours à midi depuis le début de cette crise, n’ont pas tenu de conférence de presse dimanche.

Samedi, les élus fédéraux, en nombre restreint, ont adopté la loi qui met en place la subvention salariale de 75 pour cent pour trois mois. Celle-ci doit assurer un salaire hebdomadaire pouvant aller jusqu’à 847 $ à toute personne qu’une entreprise garde à l’emploi même si elle n’a plus les moyens de la payer.

C-14 a reçu la sanction royale samedi soir après son adoption au Sénat.

Le gouvernement fédéral espère que la mesure, rétroactive au 15 mars, poussera certaines entreprises à réembaucher des employés mis à pied. Déjà quelques compagnies aériennes, dont Air Canada, ont fait savoir qu’elles s’en prévaudront.

Le ministre fédéral des Finances Bill Morneau espère pouvoir distribuer l’argent aux entreprises qui le demandent en «deux à cinq semaines».

Ottawa calcule que cette aide aux entreprises lui coûtera 73 milliards $. Le gouvernement fédéral prend aussi à sa charge les cotisations des entreprises à l’assurance-emploi, au régime québécois d’assurance parentale, au régime de pension du Canada et à la Régie des rentes du Québec.

L’autre programme d’aide massive du gouvernement fédéral, la prestation canadienne d’urgence (PCU), distribue 2000$ par mois à presque 6 millions de Canadiens qui ont perdu leurs revenus à cause de la COVID-19. Le directeur parlementaire du budget a calculé que cette mesure coûtera 22,3 milliards $ à l’État fédéral pour l’exercice financier 2020-2021.

Rapatriements

Alors que les efforts de rapatriement de Canadiens coincés à l’étranger ralentissent, le gouvernement fédéral continue de soutenir ceux qui ne peuvent rentrer et qui sont à bout de ressources financières. Ottawa a ainsi distribué 3,8 millions $ en prêts. Cette aide peut atteindre 5000 $ par personne. Plus de 1100 Canadiens l’ont reçue et 2 100 autres l’attendent.

Nombre de cas

Il y a 24 383 cas confirmés et probables décelés par les tests administrés au Canada. La COVID-19 a provoqué jusqu’à maintenant la mort de 717 Canadiens.

Distribution des cas au pays, selon les plus récents bilans provinciaux et territoriaux disponibles: 12 846 cas au Québec, dont 328 décès; 7049 cas en Ontario, dont 274 décès; 1651 cas en Alberta, dont 44 décès; 1445 cas en Colombie-Britannique, dont 58 décès; 445 cas en Nouvelle-Écosse, dont deux décès; 298 cas en Saskatchewan, dont quatre décès; 242 cas au Manitoba, dont quatre décès; 242 cas à Terre-Neuve-et-Labrador, dont trois décès; 114 cas au Nouveau-Brunswick; 25 cas à l’Île-du-Prince-Édouard; huit cas au Yukon; cinq cas dans les Territoires-du-Nord-Ouest; aucun cas au Nunavut.

À ces bilans provinciaux et territoriaux s’ajoutent les 13 cas chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars.

L’Agence de santé publique du Canada a compté plus de 404 000 tests administrés. Le taux de résultats positifs à ces tests est calculé à 5,6 pour cent.

Nombre de personnes hospitalisées actuellement dans les provinces qui publient ces chiffres: 824 au Québec, 738 en Ontario, sept en Saskatchewan, huit au Manitoba, sept à Terre-Neuve-et-Labrador, cinq en Nouvelle-Écosse.

L’Alberta affiche le nombre total d’hospitalisations - 105 - et non pas le nombre de personnes hospitalisées actuellement.