Commerces ouverts: un appel au bon jugement

Depuis dimanche, plusieurs commerces, dont les bars, les gyms, les spas, les centres de ski et les cinémas, ont été contraints de fermer leurs portes, sous les ordres du gouvernement Legault. Mais quelques entreprises récalcitrantes auraient toutefois montré plus de laxisme, en acceptant quelques clients, lançant ainsi une véritable chasse aux sorcières sur les réseaux sociaux.

Plusieurs internautes ont pointé du doigt des commerces qui seraient demeurés ouverts. « Insouciants et irresponsables », ont critiqué plusieurs, sans toutefois vérifier si l’entreprise était bel et bien ouverte. « Dénoncez-le donc aux autorités en place au lieu de faire un “Spotted”, ce serait vraiment plus efficace », a répondu un internaute, à la vague de commentaires violents à l’endroit du commerçant.

L’autorité, dans ces cas-ci, est le ministère de la Santé. Mais il n’a pas l’intention, pour le moment, de sévir contre les entreprises rebelles.

« La Loi sur la santé publique donne à la ministre et au Directeur national de la santé publique le pouvoir de sanctionner ceux qui contreviennent à leur ordonnance. Pour le moment, le ministère n’en est pas là et en appelle au bon jugement de la population », précise Nicolas Vigneault, du ministère de la Santé.

Des informations voulant que certains gyms, bars de danseuses et centres de massages érotiques étaient demeurés ouverts ont également circulé dans les derniers jours.

« On a été appelé à répondre à ces possibles ouvertures. Dans de tels commerces, les risques de contamination sont accrus. Il appartient aux citoyens de se conformer aux règles édictées par la Santé publique pour se protéger et protéger leurs proches », martèle M. Vigneault.