Aucun détenu infecté à la prison de Roberval

Les détenus de la prison de Roberval sont encore épargnés par la pandémie de la COVID-19. Aucun cas n’a été diagnostiqué parmi les prisonniers pour le moment.

Alors que des pénitenciers fédéraux, notamment celui de Port-Cartier sur la Côte-Nord, sont aux prises avec des éclosions de COVID-19 parmi les détenus et les agents correctionnels, Le Quotidien s’est informé si la situation était sous contrôle dans le seul établissement carcéral du Saguenay-Lac-Saint-Jean, situé à Roberval. Environ 170 personnes y sont détenues.

Le ministère de la Sécurité publique a assuré qu’il n’y avait toujours pas de cas confirmés chez les détenus, que ce soit à Roberval ou dans un autre établissement provincial. 

Trois agents correctionnels qui travaillent dans une prison provinciale ont été déclarés positifs, mais le ministère ne dévoile pas l’établissement où ils oeuvrent. Ces agents ont évidemment été retirés de leur milieu. 

Des mesures strictes

Depuis le début de la pandémie, plusieurs mesures ont été mises en place afin de limiter la propagation du virus dans les établissements de détention. 

Notamment, depuis le 20 mars, les personnes condamnées à une peine discontinue (de fins de semaine) n’ont plus à se présenter dans un établissement de détention pour purger leur sentence. Un contact téléphonique est fait par le ministère de la Sécurité publique pour s’assurer que la personne respecte les conditions qui lui sont imposées, notamment d’être présente à son domicile. S’il n’y a pas de réponse, un manquement est consigné au dossier.

Les visites aux personnes incarcérées, les groupes de soutien AA (Alcooliques anonymes) et NA (Narcotiques anonymes) ainsi que les activités bénévoles sont suspendues depuis le 14 mars dernier.

Depuis le 26 mars, les personnes incarcérées admises sont mises en confinement pendant 14 jours avant d’intégrer leur secteur respectif dans la mesure où elles ne développent aucun symptôme.

La visioconférence, les visioparloirs et la comparution par téléphone sont utilisés pour la tenue des comparutions et plusieurs procédures de travail sécuritaire ont été mises en oeuvre.

Ainsi, du matériel de protection personnel est fourni aux employés dont les tâches le requièrent et des masques de procédure sont mis à la disposition des agents des services correctionnels qui sont en contact avec les personnes incarcérées dans le cadre de leurs fonctions.