Ce sera étrange et ça ne ressemblera nullement à la dernière course de la série NASCAR, il y a dix semaines, avant que la saison ne soit suspendue par la pandémie de coronavirus.
Ce sera étrange et ça ne ressemblera nullement à la dernière course de la série NASCAR, il y a dix semaines, avant que la saison ne soit suspendue par la pandémie de coronavirus.

Après une pause de dix semaines, NASCAR fait son retour 

DARLINGTON, S.C. — La série automobile NASCAR ne sera pas tout à fait comme d'habitude sur le circuit ovale de Darlington dimanche.

Il n'y aura pas de rassemblements autour d'un barbecue à l'intérieur de la piste, aucune piscine gonflée ni de drapeaux américains flottant au-dessus d'autocaravanes. Les estrades seront composées de grandes rangées grises désertes, où les spectateurs n'auront pas accès.

Darius Rucker va livrer une version virtuelle de l'hymne national américain, le réseau Fox Sports va diffuser la course à distance, d'un studio situé à Charlotte, en Caroline du Nord, et la célébration de la victoire sera silencieuse sans grandes tapes dans les mains ni étreintes.

Les pilotes n'auront pas besoin d'aller d'un événement mondain à un autre pour fraterniser avec les commanditaires, et les propriétaires de voitures participantes ne sont même pas attendus sur le site de la course. La plupart sont âgés de plus de 65 ans, sont considérés comme des personnes à risque de contracter le coronavirus et leur présence n'est pas nécessaire pour mener une course.

Ce sera étrange et ça ne ressemblera nullement à la dernière course de la série NASCAR, il y a dix semaines, avant que la saison ne soit suspendue par la pandémie de coronavirus. Toutefois, dans un contexte où les amateurs de sport réclament des événements en direct, il s'agira d'une rare opportunité pour NASCAR de se retrouver seule sous les projecteurs et d'étaler son produit, peut-être même à l'intention d'auditeurs qui n'ont jamais manifesté le moindre intérêt pour des courses de stock-car.

Il n'y aura pas de séances d'essais ni de qualifications, et Brad Keselowski sera en tête du peloton au moment du feu vert à 15h30, heure de l'Est, l'ordre de départ ayant été déterminé par un tirage au sort présenté au petit écran.

La plupart des pilotes n'ont pas pris part à une course depuis le 8 mars et vont prendre le départ sans échauffement et sans savoir si leur bolide est prêt à attaquer la plus vieille piste de la série NASCAR.

Darlington est perçue comme l'un des circuits les plus techniques en NASCAR.

«Je m'attends à ce que les gens soit assez timides, du moins pendant les premiers tours», a déclaré Denny Hamlin, vainqueur du Daytona 500 le 17 février dernière, la première de quatre courses à avoir été menée de bout en bout en 2020.

Hamlin s'attend à des réglages conservateurs, en partie en se fiant aux données de l'épreuve du Southern 500, en septembre dernier, la dernière fois où la série NASCAR a visité «La piste trop difficile à dompter», telle qu'elle est surnommée.

Une fois que les pilotes auront trouvé leurs repères, Hamlin croit que la sensation sera la même que de «marcher dans de vieilles chaussures».

«D'un point de vue télévisuel, je ne pense pas que les amateurs vont voir quoi que ce soit de différent que ce qu'ils verraient en temps normal à Darlington.»

À l'issue de la course du 8 mars à Phoenix, la dernière présentée avant la pause, Kevin Harvick est le leader au classement grâce à quatre top-10 en autant d'épreuves, incluant une deuxième place à Phoenix.

«La piste de Darlington est très sensible à la température, alors je pense qu'il faut s'adapter au fur et à mesure où la course avance», a fait remarquer Harvick.

«Je pense que l'objectif dans ce cas particulier est de faire en sorte de se trouver au coeur de l'action et de parvenir à s'ajuster.»

La course de dimanche marquera le retour de Ryan Newman, victime d'une blessure à la tête lors du dernier tour du Daytona 500. La pandémie lui a donné du temps additionnel pour guérir et il n'a finalement raté que trois courses.

L'épreuve à Darlington permettra aussi à Matt Kenseth d'effectuer un retour au sein de l'écurie de Chip Ganassi. À 48 ans, il sera l'aîné de tous les participants et en sera à une première course en plus de 15 mois.