Les corps policiers à travers la province sont appelés par la SAAQ à la tolérance envers les conducteurs dont le permis n’a pu être renouvelé durant la pandémie.
Les corps policiers à travers la province sont appelés par la SAAQ à la tolérance envers les conducteurs dont le permis n’a pu être renouvelé durant la pandémie.

Appel à la tolérance pour les permis de conduire expirés

Depuis le début de la crise sanitaire, les personnes ayant un permis de conduire échu, mis à part les gens travaillant dans un service prioritaire, n’ont pu le renouveler auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). Bien que l’on demande aux policiers d’être tolérants lorsqu’ils interceptent des conducteurs dont le permis est expiré, il en va autrement pour certains services où une carte d’identité est requise.

«Depuis la pandémie COVID-19, il est impossible de renouveler nos permis de conduire expirés. Par contre, les employés du bureau de Postes Canada exigent un permis valide. Contrairement à la police de Granby, ils ne veulent pas coopérer. C’est déplorable que l’on n’accepte pas le gros bon sens», a indiqué une cliente, qui a gardé l’anonymat.

Le porte-parole de la SAAQ, Mario Vaillancourt, a corroboré l’information concernant les permis échus. «Après huit ans, les gens qui devaient renouveler leur permis de conduire et prendre une nouvelle photo n’avaient pas accès à ce service. On a donc demandé une tolérance administrative aux policiers, autant la Sûreté du Québec que les services municipaux.»

Jusqu’ici depuis le début de la pandémie, le service de police de Granby n’a pas intercepté de conducteurs ayant des permis expirés et non renouvelés en raison de la COVID-19, a indiqué la porte-parole Caroline Garand. «On va analyser les dossiers au cas par cas, a-t-elle dit. Mais il faut tout de même que les gens soient conscients de leurs obligations de payer leur permis.»

Une certaine forme de tolérance sera toutefois de mise en ce qui concerne le fait d’avoir en main un permis échu si la date butoir de renouvellement est survenue durant la crise sanitaire actuelle, a mentionné la représentante du corps policier.

Multiples options

De son côté, le représentant de la SAAQ n’a pas pu s’avancer en ce qui concerne les consignes au personnel chez Postes Canada. Au moment de publier, l’organisation n’avait pas donné suite à notre demande de renseignements.

Or, plusieurs pièces d’identité «délivrée par le gouvernement», comportant une photo, sont censées être acceptées pour ramasser du courrier ou un colis en succursale, mentionne-t-on sur le site de Postes Canada. On mentionne entre autres les cartes de résident permanent, d’acquisition/possession d’armes à feu, d’assurance-maladie, des Forces canadiennes, du passeport canadien ou étranger et le permis de conduire.

Reprise progressive des services

À partir de lundi, la SAAQ a commencé à offrir certains services mis sur la glace, notamment en ce qui concerne les permis et l’immatriculation.

«À partir du 20 avril, pour les gens ayant des permis expirés, nos employés prendront les photos actuelles et leur enverront le permis renouvelé. Ça va prendre quelques semaines. On va commencer par les gens dont l’échéance est la plus éloignée», a spécifié Mario Vaillancourt.

Il sera aussi possible d’effectuer des transferts de propriété de véhicules en succursale. Pour se prévaloir de cette option, il faudra au préalable prendre rendez-vous en signalant le 1 800 361-7620.

Sur place, les consignes de santé publique devront être respectées, notamment le lavage des mains obligatoire à l’entrée des centres de services et le maintien d’une distanciation sociale de deux mètres entre les individus. De plus, le paiement par carte de débit sera privilégié. Plusieurs services en ligne sont également disponibles.

Pour de plus amples renseignements à propos des services offerts, consulter la section «foire aux questions», liée à la COVID-19, sur site de la SAAQ (saaq.gouv.qc.ca).