À la recherche de solutions à partir du sang de gens rétablis

Des partenaires de la région s’unissent pour la découverte et le développement de solutions innovatrices contre la COVID-19 à partir de dons de sang de gens rétablis de la maladie.

Sous le leadership d’Immune Biosolutions, une entreprise biotechnologique issue de l’écosystème de l’Université de Sherbrooke, une équipe a été formée en collaboration avec plusieurs groupes de recherche et plus d’une dizaine d’organisations privées et publiques afin d’identifier des anticorps thérapeutiques à partir d’échantillons sanguins de patients rétablis.

À LIRE AUSSICOVID-19: un vaccin en développement à Trois-Rivières

Ces efforts, épaulés par Diex Recherche, Keyrus Life Science et la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke (FMSS), pourraient mener au développement d’une immunothérapie contre le coronavirus et aussi de meilleurs outils diagnostiques, explique-t-on dans un communiqué de presse. 

Au cours des prochains jours, des patients rétablis de la COVD-19, avec les critères recherchés, seront recrutés pour un don de sang. Immune Biosolutions et ses collaborateurs espèrent ensuite identifier, parmi les lymphocytes B présents dans le sang, des anticorps neutralisants pouvant bloquer l’infection COVID-19. Les anticorps candidats seront caractérisés et testés dans différents modèles d’infection au cours des prochains mois. Suivant l’identification des anticorps avec le meilleur potentiel thérapeutique, ceux-ci seront produits en grande quantité pour lancer une éventuelle étude clinique, précise-t-on.

L’équipe peut compter sur l’expertise et la collaboration du Dr Alex Carignan, microbiologiste-infectiologue et professeur-chercheur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et au Centre de recherche du CHUS. Depuis le début de la crise liée au coronavirus, le Dr Carignan fait bénéficier les Québécois de son savoir en répondant quotidiennement à leurs questions et à leurs préoccupations via différents médias du Québec, en plus de continuer sa pratique quotidienne au CIUSSS de l’Estrie-CHUS. 

« Nous sommes sûrs de pouvoir développer rapidement des anticorps spécifiques, afin de proposer une solution de traitement contre la COVID-19, mais également des avenues qui nous permettront de poser de meilleurs diagnostics et des traitements pour combattre de futurs virus », mentionne le Dr Carignan

Au début du mois, on apprenait qu’il faisait partie d’une équipe de chercheurs sherbrookois appelés à tester trois médicaments auprès de patients volontaires déclarés positifs à la COVID-19 qui sont hospitalisés au CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Des protocoles de recherche se sont mis en branle pour étudier les effets de l’antiviral Remdésivir, du Kaletra, un antirétroviral associant Lopinavir/Ritonavir, et de l’antipaludique Hydroxychloroquine.

Dr Alex Carignan

Immune Biosolutions est une entreprise biotechnologique spécialisée dans la découverte, l’ingénierie et le développement d’anticorps de poulet humanisés qui ciblent des protéines membranaires difficiles ayant un potentiel thérapeutique validé. Immune Biosolutions développe actuellement des immunothérapies pour le traitement de maladies infectieuses et plusieurs types de cancers. 

Le Groupe Diex Recherche est implanté à Québec, Victoriaville et Sherbrooke depuis près de 15 ans afin d’amener des traitements de recherche préventifs à la population d’ici. Reconnu mondialement, DIEX œuvre à différents niveaux, comme la maladie d’Alzheimer, la santé de la femme, le diabète, les maladies de la peau, la vaccination et plusieurs autres. 

Les études se multiplient dans la région. En mars, un autre scientifique de l’Université de Sherbrooke est allé au front dans la lutte contre le coronavirus. Rappelons que Richard Leduc, professeur-chercheur à la faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS), est l’un des titulaires des fonds de recherche annoncés récemment par le gouvernement du Canada. Il recevra 865 000 $ sur deux ans. Avec son équipe, il s’intéresse aux protéines qui se retrouvent à la surface du coronavirus, la cible des médicaments développés.