12 constats pour des rassemblements remis en trois jours à Saguenay

Réunions de famille, partys entre amis, rassemblements d’étudiants; les policiers de Saguenay ont été fort occupés durant le congé pascal. Des centaines de dénonciations ont été logées au Service de police de Saguenay et 12 constats d’infractions ont été remis à des gens qui ne respectaient pas les consignes de confinement ordonnées pour freiner la propagation de la COVID-19.

Depuis le 5 avril dernier, date à laquelle les différents corps de police de la province ont été invités par le gouvernement du Québec à serrer la vis aux récalcitrants, les policiers de Saguenay ont remis 24 constats d’infraction de 1546$ (avec les frais). Pas moins de la moitié de ces constats ont été délivrés durant la longue fin de semaine de Pâques. 

«Nos policiers ont reçu des tonnes d’appels de dénonciation. Disons que plusieurs semblaient avoir mis de côté les consignes durant la fin de semaine», a expliqué le porte-parole du Service de police de Saguenay, Bruno Cormier. 

Lundi soir, un constat a été remis à des jeunes adultes qui s’étaient réunis sur la rue des Hospitalières de Chicoutimi. Ils prétextaient faire un travail scolaire. 

Dimanche, six constats ont été remis pour des réunions familiales, notamment sur les rues Tremblay à Chicoutimi et Thomas-Louis Villeneuve, à La Baie. 

La veille, soit samedi, six constats ont été délivrés pour deux partys. Concernant l’un d’eux, soit sur la rue Émile-Nelligan de Chicoutimi, c’était la troisième fois que les policiers de Saguenay s’y déplaçaient pour avertir les occupants, qui recevaient de la visite. Cette fois-ci trois constats ont été remis. 

«C’est aussi là, le problème. Ce n’est pas tout le monde qui collabore lorsqu’ils sont avertis par les policiers», a souligné Bruno Cormier. 

Chaque jour, depuis environ trois semaines, les policiers reçoivent en moyenne une quarantaine d’appels de dénonciation par jour. 

Une équipe spéciale de patrouilleurs a été formée pour intervenir dans de telles situations. 

Le premier constat d’infraction avait été remis à un jeune homme de Saint-Jérôme, qui était venu à Saguenay en train, pour faire «du tourisme». C’était le 5 avril dernier.