« Personne ne sera oublié », affirme Mélanie Joly

« Personne ne va tomber dans les craques du système. Personne ne sera oublié. »

Jamais le Canada n’aura déployé autant de mesures pour aider la population et les entreprises, plaide la ministre du Développement économique et du Tourisme, Mélanie Joly.

« Notre principe de base, c’est aider tout le monde. Et avec nos mesures, le filet social n’a jamais été aussi étendu. »

Celle qui pilote deux ministères, qui seront très sollicités dans les prochaines semaines en raison de la pandémie, fait référence au plan d’aide de 27 milliards $ annoncé mercredi, par le premier ministre.

Les particuliers qui n’ont normalement pas accès à l’assurance-emploi, dont les travailleurs autonomes et les parents qui doivent rester à la maison pour s’occuper de leurs enfants, recevront de l’aide. Une allocation d’environ 400 $ par semaine, pour une durée de 15 semaines. Le gouvernement avait également promis de réduire le temps d’attente pour l’obtention des prestations d’assurance-emploi, mais une hausse dramatique de demandes cause des retards.

« Nous avons annoncé cette mesure rapidement. Il faut donner du temps aux organisations. Nous parlons de mesures qui pourront aider 15 millions de personnes », précise Mme Joly, dans une entrevue accordée au Quotidien.

Pour aider les entreprises, le gouvernement ne promet pas de subvention, mais annonce plutôt des prêts. Le gouvernement Trudeau a notamment annoncé l’injection de 10 milliards $ dans un programme de facilitation du crédit afin de soutenir les PME qui pourraient avoir de la difficulté à obtenir des prêts. Ottawa mise également sur la collaboration du milieu bancaire. Une réduction des obligations des principales institutions financières en matière de liquidité a été annoncée, faisant ainsi passer le taux de réserve pour assurer la stabilité intérieure de 2,25 % à 1 %. Il s’agit du même taux qui avait été mis en place durant la dernière crise économique de 2008. Cette mesure donne aux banques une marge de manœuvre supplémentaire de près de 300 milliards de dollars.

« Ce qu’on a fait, c’est protéger notre système bancaire, comme il a été fait lors de la crise financière de 2008. Les banques seront donc prêtes à prendre plus de risques, en offrant des prêts avec plus de flexibilité, parce que nous avons pris plus de risques. Ce qu’on dit aux entreprises maintenant, c’est de parler à leur banquier », insiste Mme Joly.

Celle qui porte également le chapeau de ministre du Tourisme promet également de soutenir l’industrie, qui sortira grandement affectée de cette crise.

« On va être là pour l’après-crise. Et je suis convaincue qu’on va rebondir », laisse tomber Mme Joly.

En plus du plan de 27 milliards $, le gouvernement fédéral reporte le paiement des impôts dus, laissant ainsi plus longtemps dans les poches des contribuables près de 55 milliards $.