Après le Manoir Champlain (404 résidents), qui est le théâtre d’une éclosion majeure de COVID-19, le CIUSSS doit composer avec une propagation importante du virus à la Villa Saguenay de Chicoutimi (266 résidents). Ces éclosions vont avoir un impact majeur sur le réseau de santé en raison de l’âge des personnes atteintes.
Après le Manoir Champlain (404 résidents), qui est le théâtre d’une éclosion majeure de COVID-19, le CIUSSS doit composer avec une propagation importante du virus à la Villa Saguenay de Chicoutimi (266 résidents). Ces éclosions vont avoir un impact majeur sur le réseau de santé en raison de l’âge des personnes atteintes.

COVID-19: Une lueur d’espoir, mais rien n’est joué

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Le pari est loin d’être gagné contre la COVID-19, mais les chiffres permettent au directeur de la Santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le docteur Donald Aubin, d’avancer que les mesures de la zone rouge commencent à se faire sentir avec une diminution appréciable de la courbe des cas actifs, laquelle devrait être suivie par une réduction de la transmission communautaire.

La situation est tout de même préoccupante dans la région, alors que le virus est entré dans des résidences privées pour personnes âgées (RPA). Cette transmission importante dans ces milieux de vie n’a pas tardé à se faire sentir dans les services hospitaliers. Ainsi, le CIUSSS a confirmé en fin d’après-midi mardi l’ouverture de 7 nouveaux lits d’hospitalisation à l’hôpital de Roberval, pour passer au niveau d’alerte 4, tandis que 57 personnes sont hospitalisées, dont 4 aux soins intensifs.

« Nous avons eu 101 cas aujourd’hui (mardi), mais ce n’est pas nécessairement le nombre de cas quotidien qui me préoccupe. C’est la progression des cas actifs et nous avons connu une pente de 8 % dans la courbe vers le début novembre. Elle a diminué à 5 % et est aujourd’hui à 2 %. Nous avons pratiquement une dizaine de jours de stabilité dans les cas actifs et nous nous situons en ce moment à une moyenne de 130 cas par jour sur sept jours », explique le médecin.

La région a tout de même passé mardi le cap des 100 décès depuis le début de la pandémie pour atteindre 103, dont 7 enregistrés dans le dernier bulletin quotidien.

Il est difficile pour le médecin de faire des projections sur la situation qui prévaudra à l’approche des Fêtes alors que le gouvernement du Québec devra prendre une décision finale sur la possibilité de faire des rassemblements. Il est toutefois assuré que plus les citoyens de la région vont diminuer les contacts, plus l’intensité de la propagation va faiblir. Il a noté que dans la région de Québec, après une montée assez rapide de la transmission, la situation a redescendu en peu de temps après les appels à la mobilisation du maire Régis Labeaume.

Donald Aubin constate que les citoyens de la région fréquentent les magasins avant la période des Fêtes et que le temps n’est peut-être pas propice pour demander des efforts additionnels. Il n’y a toutefois aucun autre moyen, selon le médecin, d’infléchir la courbe que de diminuer au minimum les contacts quotidiens, comme l’a rappelé le premier ministre François Legault pendant son point de presse quotidien.

Pas simple dans les RPA

Le CIUSSS connaît un certain répit du côté des CHSLD alors que la propagation est pratiquement terminée à Jacques-Cartier (éclosion majeure avec 28 décès), pendant que les éclosions ont été jusqu’à maintenant circonscrites à 5 cas et moins dans les CHSLD de la Colline, Georges-Hébert et Mgr Victor-Tremblay. Pendant ce temps, le virus cause des maux de tête dans certaines résidences privées pour aînées alors que le virus se propage au Manoir Champlain avec 85 cas (98 avec les employés), dans un milieu de vie qui compte pas moins de 404 résidents, dont 62 en ressource intermédiaire.

La situation attire aussi l’attention à la Villa Saguenay, également à Chicoutimi, qui a vu le nombre de cas exploser au cours des dernières heures avec 40 personnes testées positives à la COVID-19 (55 avec les employés). Il s’agit d’une autre grande résidence qui accueille 266 résidents et où l’éclosion risque de s’éterniser si l’on compare avec le Domaine des aînés d’Alma (secteur Delisle) et la Villa des Sables de Jonquière, deux endroits qui viennent tout juste de recevoir des équipes de soutien de la Croix-Rouge.

Le travail du CIUSSS dans un tel contexte, reprend le directeur de la Santé publique, est de dépêcher sur place des équipes spécialisées dans le contrôle et la prévention des infections. Il s’agit de recommander les bonnes pratiques et surtout d’identifier des problématiques pouvant être à l’origine de la transmission du virus. Pour le moment, la région compte 5 RPA sous haute surveillance, dont 3 sous haute surveillance dans le tableau d’état de situation du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Le premier ministre du Québec a demandé aux personnes qui rendent visite à des parents dans ces milieux de vie de respecter le deux mètres et surtout de conserver le masque. Il a aussi demandé aux résidents d’appliquer toutes les mesures de distanciation quand ils quittent leur milieu de vie pour fréquenter les commerces ou autres endroits où il y a un risque de transmission du virus.