La vaccination pourra commencer au Canada comme prévu dès la semaine prochaine.
La vaccination pourra commencer au Canada comme prévu dès la semaine prochaine.

COVID-19: Santé Canada approuve le vaccin de Pfizer

Lina Dib
La Presse Canadienne
Le ministère fédéral de la Santé approuve le vaccin de Pfizer.

La vaccination peut donc commencer au Canada comme prévu dès la semaine prochaine.

«Santé Canada a déterminé que le vaccin de Pfizer/BioNTech répond aux exigences rigoureuses du ministère en matière d’innocuité, d’efficacité et de qualité pour son utilisation au Canada», a annoncé Santé Canada mercredi avant-midi.

La compagnie livrera d’ici la fin du mois jusqu’à 249 000 doses de ce vaccin.

Le Canada en a acheté 20 millions et pris une option d’achat sur 56 millions de plus. De ce nombre, au moins 4 millions de doses sont attendues avant la fin mars.

À deux doses par personne, c’est 2 millions de Canadiens qui seront vaccinés avant le printemps.

Ottawa espère également approuver bientôt le vaccin de Moderna, dont deux millions de doses seraient alors livrées entre janvier et mars, pour vacciner un million de Canadiens de plus.

«On a trois autres vaccins candidats qui sont actuellement en revue. On peut dire que le vaccin de Moderna est celui qui est le plus avancé (...) On ne peut pas exactement identifier de date à ce moment-ci», a dit Marc Berthiaume, directeur à Santé Canada, lors de la sortie médiatique de son ministère, mercredi.

Pour ce qui est de la rapidité de l’approbation du vaccin que les autorités canadiennes ont réussi à livrer avant les autorités américaines, Dr Berthiaume et sa collègue Supriya Sharma, conseillère médicale en chef à Santé Canada, dissimulaient mal leur fierté, tout en disant que l’exercice n’était pas une course.

«Nous avons reçu la dernière information à examiner tard hier soir», a relaté Dre Sharma.

La FDA (Food and Drug Administration) a une réunion à l’horaire jeudi. Selon Dre Sharma, l’organisme américain ne recevra aucune nouvelle donnée, mais bien la même information déjà examinée par son ministère.

Approuvé, oui, mais encore surveillé

Dr Berthiaume assure qu’Ottawa continuera d’avoir le vaccin à l’oeil. La compagnie est tenue d’informer les autorités canadiennes de toute réaction inattendue aux vaccins. Les professionnels de la santé, aussi, doivent faire rapport de pareils cas. Au Royaume-Uni, où la vaccination a commencé mardi, on a noté deux réactions allergiques sévères.

«Nous avons déjà approché l’agence réglementaire du Royaume-Uni pour avoir des informations complémentaires sur les cas qui ont été rapportés là-bas», a indiqué Dr Berthiaume.

«Il y a de multiples systèmes qui sont en place pour surveiller de façon étroite l’innocuité du vaccin»,a-t-il souligné.

Pour rassurer davantage les Canadiens, le ministère fédéral de la Santé publie une série de documents, dont un résumé des preuves qui ont été examinées. Et il promet de publier dans les semaines à venir plus de renseignements scientifiques sur le processus, dont «les données complètes sur les essais cliniques».

Plan de vaccination

Comme le vaccin est précieux et fragile - il doit être maintenu sous les -70 degrés Celsius -, la compagnie exige que son produit soit administré à l’endroit où elle le livre.

Pfizer place dans chacune de ses boîtes un enregistreur de données.

«Au déballage au point de distribution, on est en mesure d’avoir une lecture de la température et de vérifier l’intégrité de la cargaison», a souligné le major général Dany Fortin, responsable de la logistique de cet exercice pour le gouvernement fédéral.

Dès lundi, cinq de ces boîtes arriveront dans les deux CHSLD identifiés par Québec, l’un à Montréal et l’autre à Québec. C’est sur place que commencera la vaccination des résidents et du personnel.

Le ministre québécois de la Santé Christian Dubé explique qu’à partir du 21 décembre, il y aura 20 sites au Québec dont la moitié serait des CHSLD.

«Alors donc, ça permet de vacciner sur place les personnes qu’on voulait prioriser», a souligné le ministre.

M. Dubé croit savoir que Pfizer, rassurée par ses premières expériences de vaccination au Royaume-Uni, va «peut-être assouplir les règles», ce qui faciliterait les campagnes de vaccination.

Dans le plan d’immunisation publié par Santé Canada, on prévoit finir de vacciner les Canadiens en décembre 2021.