Mashteuiatsh ne recommande pas la pratique de la chassse aux oiseaux migrateurs.
Mashteuiatsh ne recommande pas la pratique de la chassse aux oiseaux migrateurs.

COVID-19: Mashteuiatsh déconseille la chasse aux oiseaux migrateurs

Bien qu’ancrée au sein de leurs traditions, les membres de la communauté autochtone de Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean devront mettre de côté leur passion pour la chasse aux oiseaux migrateurs, cette saison, en raison de la COVID-19. Les dirigeants de Pekuakamiulnuatsh Takuhikan ont annoncé, au cours des derniers jours, ne pas recommander la pratique de cette chasse printanière.

« Contrairement à la chasse à l’orignal, où nous sommes dispersés sur de grands territoires, la chasse aux oiseaux migrateurs est propice aux grands rassemblements », souligne le vice-chef aux relations avec les Premières Nations et les gouvernements et conseiller responsable des dossiers du territoire, Charles-Édouard Verreault.

Ce type de chasse est cher aux yeux des membres de l’unique communauté autochtone du Lac-Saint-Jean. « C’est assez important comme chasse. Quelques centaines de membres la pratiquent. C’est très familial et les jeunes y sont initiés très tôt. C’est un bon prétexte pour les rassemblements en groupe », explique le conseiller.

Puisqu’il s’agit d’une recommandation et non d’une interdiction formelle, Charles-Édouard Verreault rappelle l’importance de respecter les mesures de distanciation sociale en vigueur à ceux qui désirent tout de même pratiquer la chasse. Cela passe notamment par le fait de ne chasser qu’avec les membres de la famille immédiate, soit les personnes avec qui les membres de la communauté habitent.

Habituellement, les amateurs se déplacent aux quatre coins du Lac-Saint-Jean, dont à Saint-Félicien, à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix et à Péribonka, qui est l’un des secteurs de prédilection pour la chasse aux bernaches. Ainsi, en raison de la pandémie de la COVID-19, il est suggéré, pour cette saison, de pratiquer la chasse en territoire sur les terrains familiaux et de respecter la distanciation physique.

L’élu, qui représente la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh, assure ne pas avoir reçu de réaction négative de la part de membres de la communauté. Comme il le rappelle, les premières volées ne sont pas encore arrivées. De manière générale, il assure que les gens comprennent bien les mesures mises en place et les décisions prises par les élus de la Première Nation de Mashteuiatsh.

Pekuakamiulnuatsh Takuhikan recommande également d’éviter la chasse communautaire ainsi que le principe de chasseur désigné. Le partage de matériel, d’équipement et de prises est également à éviter.

« Selon l’évolution de la situation, Pekuakamiulnuatsh Takuhikan se réserve le droit de revoir les décisions relatives à la pratique des activités traditionnelles afin de respecter les directives gouvernementales en lien avec la COVID-19 », lit-on dans une communication écrite transmise par Pekuakamiulnuatsh Takuhikan.