La mairesse de Saint-François-de-Sales, Cindy Plourde, salue le comportement de ses concitoyens.
La mairesse de Saint-François-de-Sales, Cindy Plourde, salue le comportement de ses concitoyens.

COVID-19: Les élus de Saint-François-de-Sales à l’écoute de la communauté

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
L’état d’urgence sanitaire a été déclaré, il y a déjà un peu plus de deux semaines, sur l’ensemble du Québec. Depuis, la gestion de la crise de la COVID-19 occupe toutes les administrations municipales, et ce, peu importe leur envergure. Le Quotidien s’est intéressé à la façon dont est vécue la crise provoquée par la maladie à coronavirus dans les municipalités du Lac-Saint-Jean, dont certaines ne comptent que quelques centaines d’habitants et disposent de moins de ressources que les grandes villes. Deuxième arrêt : Saint-François-de-Sales. 

La mairesse de Saint-François-de-Sales au Lac-Saint-Jean, Cindy Plourde, obtient, en pleine crise de la COVID-19, la confirmation de la force de la communauté qu’elle gouverne. Le slogan de la localité de la MRC du Domaine-du-Roy, « Notre force, nos gens », prend tout son sens pendant cette période où les consignes gouvernementales et les mesures de distanciation physique sont légion au Québec.

« Nous avions une belle proximité avant la crise, autant entre citoyens qu’avec les élus municipaux. Les gens n’ont pas de gêne à nous approcher, à nous faire part de leurs besoins. Et c’est réciproque pour nous. C’est important qu’ils sachent que nous sommes là pour eux. Si nous ne pouvons les aider, ils sont référés aux bons organismes », souligne la mairesse, Cindy Plourde.

Plusieurs actions ont été mises en place par les élus afin de s’assurer du bien-être des citoyens.

« Nous avons fait une tournée téléphonique auprès des gens seuls, des personnes âgées et de nos petites familles. Nous avons vérifié s’ils avaient des besoins alimentaires ou autres. Nous nous assurons qu’ils ne manquent de rien. C’est important de prendre soin de notre monde », témoigne la mairesse, qui assure que tous les gestes comptent.

Comme bien des Québécois, Cindy Plourde se retrouve, en ce moment, à ne pas travailler. Cette pause professionnelle forcée lui a permis de mettre l’épaule à la roue. La mairesse de la municipalité d’environ 650 âmes s’impliquait, au cours des derniers jours, notamment en effectuant la livraison de denrées alimentaires.

À l’instar des autres villes et municipalités de la province, Saint-François-de-Sales a également dû revoir son organisation municipale ainsi que ses contacts avec les citoyens. « Malgré cela, tout ça se passe bien. Nous avons réagi rapidement. Tous les employés ont été placés en télétravail. Nous déployons des efforts pour ne pas mettre tout le monde à pied », explique Cindy Plourde qui, parallèlement à sa vie de mairesse, travaille depuis déjà 15 ans en formule télétravail.

Les élus municipaux n’ont pas ménagé les efforts pour préserver le poste des deux ressources partagées qui oeuvrent à temps partiel. Malgré une baisse du travail, ils ont réussi à les garder en poste. Mme Plourde mentionne que, pour le moment, il n’y a pas eu de mises à pied.

La municipalité de Saint-François-de-Sales travaille à l’élaboration d’activités virtuelles pour ses citoyens. La mairesse se réjouit de la collaboration des citoyens qui sont, malgré la crise, très respectueux et compréhensifs.