La Villa St-Alexis est aux prises avec une éclosion de COVID-19.
La Villa St-Alexis est aux prises avec une éclosion de COVID-19.

COVID-19: la Villa St-Alexis à la recherche de bénévoles

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
La Villa St-Alexis de La Baie lance un appel à des bénévoles ou des personnes intéressées à joindre son personnel alors que le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean suspend temporairement l’offre de services aux résidents de cet établissement privé en raison de la situation de la COVID-19. Il y a maintenant 17 cas confirmés au sein du personnel et des résidents.

La gestionnaire responsable des services à domicile du CLSC de La Baie a fait parvenir ce message aux 80 infirmières, infirmières auxiliaires, préposés aux bénéficiaires et autres employés qui dispensent des services dans des milieux de vie (appartements, résidences, résidences privées pour aînés), dimanche soir, alors que la Santé publique prenait la mesure de la gravité de la situation.

« En attendant les directives de la Santé publique, personne ne va à la Villa Saint-Alexis pour l’instant », stipulait le message publié sur la page Facebook dédiée aux membres des services à domicile du CIUSSS du secteur de La Baie.

La copropriétaire de cette résidence privée, Véronique Bouchard, assure qu’il n’y a pas de problème à faire du recrutement de bénévoles ou futurs employés, alors que la Villa St-Alexis constitue le principal foyer d’éclosion de COVID-19 de la région. Au moment de l’entretien avec Le Quotidien, Mme Bouchard n’était pas informée de la directive de la Santé publique.

La direction de la Villa St-Alexis est à la recherche de bénévoles en raison du retrait de certains préposés.

« Les gens qui vont répondre à notre appel vont recevoir la formation nécessaire. Nous avions 18 préposés et 8 ont été retirés. On a besoin de 4 ou 5 personnes. Ils vont avoir toute la formation nécessaire et leur travail consistera à transporter les repas aux chambres ainsi que les paquets laissés par les familles », a déclaré la copropriétaire.

En point de presse quotidien, lundi, le directeur de la Santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le docteur Donald Aubin, a émis de sérieuses réserves quant à la présence de bénévoles, ou employés sans expérience en santé, dans un lieu ou il y a une présence confirmée du coronavirus.

« En termes de bénévolat, dans nos établissements, on a cessé cette pratique, a insisté le docteur Donald Aubin. Moi, j’ai une grande prudence par rapport à ça. Quand on parle de travailler dans un milieu dans lequel il y a de la contagion, il y a des risques. Il faut avoir une grande prudence. Même notre monde, on s’assure que leur formation est adéquate. Quand on parle de notre équipe SWAT qui va porter assistance, ils s’assurent que ceux qui sont en présence ont la formation pour le faire. »

La confirmation d’un foyer d’éclosion dans cette résidence privée pour personnes âgées a de nouveau soulevé la grogne au sein du personnel du CIUSSS. Il se trouve que les travailleuses des services à domicile qui doivent se rendre régulièrement dans cette résidence comptant pas moins de 178 personnes n’ont jamais été informées qu’il y avait une investigation de la Santé publique concernant des cas potentiels de COVID-19.

« Ça veut dire que des collègues ont dispensé des services à une personne qui était suspectée de la COVID-19 et n’ont pas porté l’équipement de protection. Les tests ont été faits la semaine dernière et on a su hier (dimanche) uniquement qu’il y avait un foyer d’éclosion. Tout le monde dit qu’il faut faire attention aux soignants et on nous laisse dispenser des services auprès d’une personne suspectée et on est les dernières à le savoir », explique au Quotidien l’une des 80 personnes qui fait partie du service à domicile du CLSC de La Baie.

À la Villa St-Alexis, les premiers symptômes semblables à ceux du coronavirus sont apparus le 20 mars. La Santé publique suivait les critères nationaux de dépistage et n’a alors pas effectué de test. Les premiers tests sur des résidents de la villa ont été réalisés jeudi dernier, le 2 avril, et le personnel du service à domicile a su dimanche soir qu’il y avait présence officielle du COVID-19 à l’intérieur de l’établissement.