Dr Donald Aubin, directeur régional de la Santé publique, a bon espoir que le Saguenay–Lac-Saint-Jean limite la propagation du coronavirus, à condition que la population suive les directives.
Dr Donald Aubin, directeur régional de la Santé publique, a bon espoir que le Saguenay–Lac-Saint-Jean limite la propagation du coronavirus, à condition que la population suive les directives.

COVID-19: aucune transmission communautaire dans la région malgré six nouveaux cas

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Le coronavirus ne circule toujours pas dans la communauté au Saguenay-Lac-Saint-Jean alors que les laboratoires ont confirmé six nouveaux cas, lundi, ce qui porte le nombre total à 24 tests positifs sur plus de 1000 tests réalisés depuis le début de la pandémie au Québec.

Le réseau régional de la santé n’a toujours pas été confronté à son premier cas d’hospitalisation. Les 24 personnes souffrent de la forme bénigne pour l’instant et leur état ne justifie pas de séjour à l’hôpital. Ces informations réjouissent le docteur Donald Aubin, directeur régional de la Santé publique.

« Tous les cas pour le moment sont des personnes qui ont voyagé ou des personnes qui ont été en contact avec des voyageurs qui ont été confirmés positifs. Les cas sont répartis un peu partout », explique le directeur, qui juge que la région a de très bonnes chances de limiter la transmission du virus si la population continue de respecter adéquatement les consignes et les principes de distanciation sociale.

Les enquêteurs de la santé publique ont été en mesure de dresser l’historique de chacun des cas afin d’informer et de suivre les personnes qui les ont côtoyés afin de les sensibiliser à l’importance du confinement et aussi de surveiller les symptômes associés à la maladie.

« Nous n’avons pas retracé dans la région d’agrégat de cas », souligne le médecin. Les agrégats sont des cas qui découlent d’un seul événement, un comparable à ce qui s’est produit dans une communauté juive orthodoxe de Boisbriand. Ces événements transforment un secteur en zone chaude comportant un risque élevé de propagation dans la communauté.

« Ces événements nous rappellent que ce n’est surtout pas le temps de faire des fêtes. Il n’est pas question de se réunir en groupe », assure le Dr Aubin.

La région a accueilli, au cours des derniers jours, plusieurs centaines de « snowbirds » provenant de la Floride. La détérioration de la situation au sud de la frontière confirme que ces personnes ont évolué dans un milieu à risque pendant plusieurs jours avant de rentrer au Québec. Donald Aubin a assuré au Quotidien ne pas avoir été informé par ses équipes d’enquête que des membres de ce groupe spécifique ont été déclarés positifs au coronavirus.

M. Aubin est donc en mesure d’affirmer que, pour le moment, les équipes d’enquête de son service ont toujours le contrôle de la situation. Les enquêteurs n’ont eu qu’à lancer un appel au public à une seule occasion puisque c’était la seule façon pour eux d’avoir des retours de la population.

Malgré la lente progression de la transmission de la maladie sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Donald Aubin réitère que la plus grande des prudences est de mise puisqu’il est toujours possible que le virus circule au sein de la population, certains porteurs ne présentant aucun symptôme. Les tests sont toujours offerts aux personnes ayant des symptômes déjà bien connus, en plus de ceux et celles qui perdent l’odorat et le goût. Ce sont maintenant des critères admis.

« Il est fort probable que lorsque nous ferons des tests largement, quand la pandémie sera passée, puisqu’il y aura sûrement des études, que l’on découvre des gens avec les anticorps qui n’ont jamais senti le moindre symptôme. »

La direction de la santé publique compte sur la fermeture du territoire régional pour maintenir la progression de la courbe sous la capacité du système de santé régional (400 lits d’hospitalisation et 44 lits de soins intensifs). Donald Aubin affirme que ce sont les comportements individuels de chaque citoyen de la région qui vont faire la différence et permettre de contrôler la pandémie au cours des prochaines semaines.

« On sait que tout le monde aurait une bonne raison de se rendre à Québec ou Montréal. Il y a toujours une occasion particulière pour chacun, mais malheureusement, on ne doit pas le faire. »

Au début de la pandémie, le ministère de la Santé et des Services sociaux a établi un corridor de soins avec des hôpitaux désignés. En ce moment, la progression de la maladie se fait principalement sentir dans les régions de Montréal et de l’Estrie.

Interrogé à savoir si les hôpitaux de la région pourraient accueillir des patients de l’extérieur si la situation déborde les services dans certaines régions, le directeur de la Santé publique a répondu ne pas avoir été informé d’un scénario de cette nature.

Le décompte fait maintenant état de 19 cas positifs pour le Saguenay et 5 cas positifs pour le Lac-Saint-Jean. Les centres de dépistage ont jusqu’à maintenant réalisé plus de 1000 tests avec 24 résultats positifs.