La mairesse de Lac-Bouchette, Ghislaine Hudon, veut poursuivre son travail pour qu’il y ait une couverture cellulaire jusqu’à La Tuque sur la route 155.

Couverture cellulaire sur la 155: Lac-Bouchette desservie, mais pas jusqu'à La Tuque

Qu’on se trouve sur le perron de l’église de Lac-Bouchette, à l’un de ses postes d’essence ou encore à l’Ermitage Saint-Antoine, la réception cellulaire est excellente.

Bell Mobilité a installé un relais cellulaire dans la tour du Canadien National située en plein coeur du village. Un projet qui lui a coûté 300 000 $. 

« Il fallait prouver à Bell que c’était rentable d’installer une tour ici. Ce qui nous a aidés, c’est l’Ermitage Saint-Antoine avec ses 85 000 visiteurs chaque année », explique la mairesse de Lac-Bouchette, Ghislaine Hudon, qui travaille à concrétiser ce projet depuis 2015. 

« C’était difficile de vendre des forfaits à des groupes de professionnels qui voulaient tenir des colloques chez nous. On se faisait demander tous les jours si on offrait le réseau cellulaire. Les gens étaient surpris qu’on ne l’ait pas », ajoute pour sa part Guy Thibeault, le directeur du marketing à l’Ermitage Saint-Antoine. 

Ce dernier précise que la communication est excellente depuis la mise en service du réseau à la mi-décembre. La tour qui mesure près de 100 mètres diffuse les ondes cellulaires dans un rayon de 12 à 15 kilomètres. Les résidants de Saint-François-de-Sales peuvent eux aussi en bénéficier. 

L’aventure se poursuit

Si le village et les environs sont bien desservis, il reste qu’une section de 45 à 50 kilomètres sur la route 155 entre Lac-Bouchette et La Tuque n’est toujours pas couverte. 

« Ce sont toujours les sous qui manquent. Je sais que c’est une priorité pour [le député fédéral de Lac-Saint-Jean] Richard Hébert. Il a dit qu’il allait le mettre dans son mandat. On attend les développements », indique la mairesse Hudon. 

La MRC Domaine-du-Roy planche sur un projet de déploiement cellulaire sur son territoire. Pour ce faire, elle a besoin de 6 millions de dollars, ce qui est « très peu » selon Mme Hudon.

Le G7 fait des jaloux

« Si on avait eu le sommet du G7 ici, on couvrirait tout le secteur qui nous manque », déplore la mairesse de Lac-Bouchette. Des milliers de dignitaires sont attendus au Manoir Richelieu en juin. En l’espace de quelques mois, Ottawa a investi plusieurs millions de dollars pour améliorer les communications au Saguenay et dans Charlevoix en vue de ce grand rassemblement.