Une centaine de jeunes de l’école secondaire Kénogami et de la polyvalente d’Arvida ont couru 20 km à relais dans la nuit de vendredi à samedi. L’événement, soutenu cette année par le Grand défi Pierre Lavoie, est organisé depuis trois ans par le technicien en loisirs Guillaume Tremblay (à droite).

Course de nuit sous la pluie à Kénogami

Une centaine de jeunes ont bravé le mauvais temps dans la nuit de vendredi à samedi en prenant le départ d’une course à relais de 20 km aux alentours de l’école secondaire de Kénogami en prévision de La Course du Grand défi Pierre Lavoie. Pour l’occasion, Pierre Lavoie lui-même est venu encourager les jeunes vendredi en plus d’annoncer son souhait d’étendre ce genre d’exercice nocturne à toutes les écoles secondaires de la province dès l’an prochain.

Avec La Course qui aura lieu du 11 au 12 mai entre Québec et Montréal, le GDPL fait déjà bouger 5000 jeunes de niveaux secondaire, collégial et universitaire. Même si le fondateur du Grand défi affirme qu’une course avec 5000 jeunes est déjà unique au monde, il rêve maintenant d’ajouter «deux ou trois zéros» à ce nombre au cours des prochaines années grâce à une course nocturne dans 454 écoles secondaires de la province. 

Cette course nocturne ressemblerait donc à celle qui se tenait pour la troisième année d’affilée de 19h vendredi à 7h samedi matin à Kénogami. Les jeunes de Kénogami, mais aussi de la polyvalente d’Arvida, ont couru à 20 reprises un circuit d’un kilomètre sur la piste cyclable voisine de l’école. Le GDPL avait dépêché des membres de son équipe à Kénogami, mais aussi à Laval, pour évaluer la faisabilité du projet d’expansion à toutes les écoles du Québec.

«On le fait déjà pour 1450 écoles primaires. On fait bouger 450 000 enfants. On pense qu’on peut faire quelque chose pour les écoles secondaires aussi. Le but c’est de faire courir tous les élèves et tout le personnel. On ferait quelque chose que l’école s’approprie et qui revient chaque année. Tout le monde dit que les ados sont sur leurs iPad ou leurs téléphones, mais ce n’est pas vrai. Il y en a qui s’entraînent, se préparent, qui font des événements et qui courent pour leur santé. Je suis fier d’eux, mais 5000, ce n’est pas assez. Je les veux tous. On va faire évoluer le concept l’année prochaine pour que tous les jeunes puissent bouger, et nous on va les supporter avec la machine du Grand défi», indique en entrevue téléphonique Pierre Lavoie, qui devait s’adresser aux jeunes peu avant le départ aux environs de 19h. 

Les profits amassés durant la course nocturne ont tous été remis aux élèves de l’école secondaire Kénogami qui participeront à La Course les 11 et 12 mai prochains.