Le premier ministre Philippe Couillard enlace son ministre de l'Économie, Carlos Leitão.

Couillard pense déjà au prochain

Le budget 2018 à peine déposé, le premier ministre prend des engagements en vue d’un potentiel prochain mandat.

Dans une entrevue exclusive accordée au Quotidien, en début de soirée mardi, Philippe Couillard a promis de mettre l’implantation d’une voie ferroviaire et le prolongement du réseau gazier en tête de liste des ses priorités au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Des projets majeurs attendus de pied ferme par le milieu jeannois et saguenéen.

« Ça sera mes deux engagements économiques principaux. Je peux déjà le dire. Le chemin de fer, ce n’est pas quelque chose qu’on peut régler dans le présent mandat. Il faudra faire un exercice de concertation avec le CN, le Roberval-Saguenay, avec les MRC et les municipalités. Il faut trouver une façon de régler ça, car si on ne le fait pas, on va perdre une grande partie des bénéfices des projets miniers. Ils vont être amenés à aller ailleurs que passer par Saguenay et La Baie pour envoyer leurs produits », insiste Philippe Couillard, rencontré à son bureau de l’Assemblée nationale quelques heures après le dépôt de son budget. 

Si la voie ferroviaire est absente des documents budgétaires, le projet de prolongement du réseau gazier bénéficie d’une somme de 2,2 millions $. « Il s’agit d’argent pour faire l’analyse. Mais ça peut aller très rapidement ensuite », insiste le premier ministre.

Il ne se cache pas d’avoir un discours électoraliste, mais se défend d’avoir confectionné un budget électoraliste, comme le prétendent ses adversaires politiques. 

« Pour eux, ce n’est pas drôle un budget de même. C’est tellement bien reçu par les gens. Mais ce n’est pas des cadeaux. Le budget, c’est le résultat de tout ce qu’on a fait depuis 2014. C’est ce qu’on avait promis en 2014. On arrive à destination avec le plan qu’on s’était fixé », affirme M. Couillard. 

Des enveloppes dédiées à des enjeux régionaux seront détaillées dans les prochaines semaines, dont la stratégie de main-d’œuvre, la politique bioalimentaire et le financement des municipalités dévitalisées. 

Les investissements liés au transport aérien profiteront à la région, pointe le premier ministre. Près de 100 millions $ des 173 millions $ sont d’ailleurs réservés à la rénovation des aéroports. 

« J’espère que mon maire de Roberval est en train de jongler avec ça », admet M. Couillard, en parlant d’un futur projet de rénovation. 

« À Bagotivlle, un dossier sera aussi déposé », renchérit son collègue Serge Simard, présent à l’entrevue.

Quant à l’autoroute Alma-La Baie, les deux seuls députés libéraux de la région promettent de la compléter progressivement. 

« La partie de Grande-Anse s’est terminée plus rapidement. La partie de Saint-Bruno, il faut faire les expropriations, passer par le BAPE. À Grande-Anse, c’est tout fait, ça. On s’était aussi entendu avec Alma que la voie de contournement d’Isle-Malgine serait faite avant de compléter la portion Alma-La Baie », décrit Serge Simard.