Couillard dit qu’il faut garder la tête froide

Face à la décision annoncée du président américain Donald Trump d’imposer une taxe de 10 % sur l’importation d’aluminium, le premier ministre du Québec et député de Roberval, Philippe Couillard, croit qu’il faut garder la tête froide et ne pas s’énerver outre mesure.

En entrevue avec Le Progrès, M. Couillard constate que les détails ne sont pas encore connus, mais ajoute qu’advenant le cas où elle s’appliquerait au Canada, l’industrie de l’aluminium serait capable de passer à travers la crise.

Le premier ministre ajoute que les premiers qui paieront le prix de cette nouvelle taxe seront les Américains eux-mêmes parce que les prix des produits seront à la hausse. Il rappelle que la capacité de production d’aluminium des Américains a été réduite de façon importante en raison de la fermeture de plusieurs alumineries.

M. Couillard a indiqué que son gouvernement entend continuer d’accompagner Rio Tinto et les autres producteurs québécois en effectuant des pressions auprès du gouvernement américain pour éviter que le Canada ne fasse partie des pays touchés par la nouvelle taxe.

Invité à se prononcer afin de savoir si cette nouvelle taxe crée de l’incertitude au Saguenay-Lac-Saint-Jean quant aux investissements attendus de Rio Tinto, M. Couillard n’a reçu aucun mauvais signal. L’investissement de 250 M$ annoncé récemment dans le cadre du projet Vaudreuil au-delà de 2022 vise à optimiser l’utilisation du site d’entreposage des boues rouges.

M. Couillard croit qu’il faut faire comprendre que la guerre aux tarifs déclenchés par les États-Unis n’est pas une bonne décision et qu’elle dessert les intérêts de tous les pays partenaires d’un point de vue économique.

Le premier ministre quitte le Québec pour la France pour une semaine à la tête d’une mission économique à laquelle participera le Centre d’excellence des drones d’Alma.