Le conseilleur municipal Simon-Olivier Côté se prononce contre le projet de port sur la rive nord du Saguenay.

Côté contre le troisième port

Le conseiller municipal de Saguenay, Simon-Olivier Côté, invite la direction d’Arianne Phosphate à refaire ses devoirs afin d’éviter l’aménagement d’un troisième terminal maritime sur la rive nord du Saguenay qui serait aménagé par Port Saguenay afin de maximiser l’utilisation des installations déjà existantes.

En entrevue, M. Côté a mentionné d’entrée de jeu qu’il n’est pas opposé aux trois grands projets industriels actuellement en gestation (Arianne Phosphate, GNL Québec et Métaux BlackRock), mais croit qu’il faut réfléchir afin de mettre en pratique des principes liés à l’écologie industrielle, comme en a fait état le chercheur Claude Villeneuve dans un éditorial publié mardi. « Je crois que l’aménagement du troisième port n’a pas sa place sur le Saguenay. On parle ici d’un investissement de 250 M$ qui n’aura à peu près aucune retombée industrielle pour la ville. Arianne Phosphate ne se déroule pas sur le territoire de Saguenay, il reste que l’on défigure le visage du fjord avec une vue sur une installation portuaire », affirme-t-il. Un autre argument utilisé par le conseiller est que le projet d’exploitation de la mine d’apatite d’Arianne Phosphate est limité dans le temps, ce qui ne sera pas le cas pour le terminal sculpté à même le roc des rives du Saguenay.

Soulignons au passage que M. Côté exploite une entreprise touristique spécialisée dans les excursions en kayak sur le Saguenay.

Selon lui, le transport de minerai doit être revu afin d’éviter que des bateaux supplémentaires n’aient à emprunter la rivière Saguenay. Selon lui, il faut retourner aux tables à dessin afin d’étudier la possibilité que le matériel puisse être acheminé à partir du lac à Paul via des chemins forestiers en direction de la Côte-Nord ou encore en empruntant un éventuel troisième pont projeté sur le Saguenay à la hauteur de la ville qui permettrait un accès vers Grande-Anse.

L’évitement d’un investissement de 250 M$ pour l’aménagement d’un terminal sur la rive nord permettrait peut-être d’investir cette somme dans l’aménagement des chemins forestiers nécessaires pour se rendre sur la Côte-Nord.

« Port de Saguenay va investir à Grande-Anse pour alimenter le site en électricité, gaz naturel et eau. On doit trouver un moyen pour maximiser ces investissements d’autant plus qu’Arianne Phosphate n’est pas prêt à investir. Le plan de développement est sur la table et les capacités de Grande-Anse sont majeures. »

En se prononçant contre le projet de terminal portuaire en rive nord, M. Côté souhaite inciter les décideurs et investisseurs à réviser leurs positions et à trouver de nouvelles solutions et scénarios afin de minimiser le plus possible les impacts sur l’environnement.

Rappelons qu’en octobre 2018, l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACEE) a donné son accord au projet de terminal qui permettra à des vraquiers d’une capacité de 100 000 tonnes de recevoir le minerai à l’aide d’un chargeur de navires, d’installations d’entreposage et de manutention de concentrés afin d’acheminer annuellement un volume de trois millions de tonnes de concentré de phosphate.